Partager ce Post

À la Une

Gabon – Putsch manqué : Ali Bongo a frôlé la répétition de l’histoire

Gabon – Putsch manqué : Ali Bongo a frôlé la répétition de l’histoire

Ce lundi 7 janvier 2019, des éléments de l’armée gabonaise ont tenté de prendre le pouvoir par les armes. Une tentative de putsch qui finalement a été enraillée par les militaires et les mutins arrêtés. Alors qu’il était en convalescence au Maroc après son AVC, le président Ali Bongo Ondimba, a failli être témoin de la répétition de l’histoire dans son pays avec pour victime cette fois, lui-même.

Tôt lundi matin, plusieurs officiers de l’armée ont pris le contrôle de la radio d’État et ont exprimé leur mécontentement à l’égard du président. Ils ont exprimé leur déception à Ondimba et leurs doutes sur sa capacité à mener à bien ses responsabilités après une allocution du Nouvel An prononcée par le président. Un soldat qui s’est identifié comme étant le lieutenant Kelly Ondo Obiang a exhorté ses collègues militaires et citoyens à s’armer et à occuper des bases militaires, des aéroports et des postes-frontières. Des chars et des véhicules blindés pouvaient également être vus dans les rues à mesure que la nouvelle de la tentative de coup d’Etat faisait les gros titres dans les journaux régionaux et internationaux. Selon des reportages, on ne savait toujours pas si les officiers militaires seraient soutenus par une force plus importante mais avec le temps, les autorités ont annoncé avoir repris le contrôle de la situation et mis les putschistes aux arrêts.

Le coup d’Etat de 1964

Omar Bongo Ondimba, a également été témoin du seul autre coup d’État militaire du Gabon en 1964, lorsque des officiers militaires ont renversé le gouvernement du premier dirigeant postcolonial du pays, le président Léon M’ba. Alors que le coup d’Etat précédent avait eu un résultat relativement positif pour Ondimba père, son fils, Ali Bongo, actuel président la tête pays, ne peut pas être certain du même résultat. Et comme les événements dramatiques se sont déroulés lundi, reflétant étrangement le premier coup d’Etat militaire du pays, il reste à voir quelle sera la réaction des citoyens gabonais et autres personnalités politiques qui, jusque-là, n’ont pas réagi. De plus, la hiérarchie militaire est étonnament restée muette depuis ces événements. On aurait pensé à une sorte d’hésitation de la part de ces différents acteurs qui se demandent s’il faut soutenir ou non les putschistes.

Le premier coup d’Etat militaire du Gabon a été plus ou moins pacifique, faisant peu de victimes, et l’armée a de nouveau utilisé la radio pour apaiser la population. M’ba a été destitué par environ 150 conspirateurs avec à la clé la formation d’un gouvernement provisoire . Le peuple gabonais n’a eu aucun soulèvement ni réaction majeur lorsqu’il a été informé du coup d’État, ce que l’armée a interprété comme un signe d’approbation. Les putschistes se plaignaient du fait qu’Ondimba travaillait pour son clan et les élites locales et non pour le Gabon et ses habitants.  Ces mêmes recriminations sont similaires à celles evoquées par les putchistes actuels  . Lors du coup d’État précédent, le gouvernement M’ba avait été réinstallé avec l’aide de parachutistes français, respectant ainsi un traité de 1960 entre la France et le Gabon. Ancienne colonie française, Paris est restée très impliquée dans les affaires du Gabon après l’indépendance.

La famille Bongo

Le gouvernement gabonais est une bureaucratie présidentielle centralisée et autocratique dont le pouvoir est largement distribué par le biais du favoritisme, a déclaré Amnesty International. Pendant les vacances parlementaires le président a un pouvoir discrétionnaire sur les lois dejà votées . Il peut dissoudre l’Assemblée nationale, organiser de nouvelles élections ou gouverner par décret présidentiel.

La famille d’Ondimba dirige le pays riche en pétrole depuis plus d’un demi-siècle. Le président actuel a pris ses fonctions en octobre 2009. Le père du président actuel, Omar Bongo Ondimba, a été président dictatorial du Gabon pendant 42 ans, de 1967 à sa mort en 2009. Il était chef d’état-major et a été emprisonné dans un camp militaire lors du premier coup d’État militaire de 1964. Avant le coup d’Etat de février 1964, qui avait renversé Mba, le Gabon était considéré comme l’un des pays les plus stables d’Afrique sur le plan politique. À l’époque, le pays avait un revenu annuel moyen élevé et était l’un des rares pays d’Afrique à afficher une balance commerciale positive, les exportations dépassant les importations de 30%. Les élections présidentielles de 2016 ont été critiquées pour avoir été truquées et fortement critiquées par l’Union africaine.

Source: https://beninwebtv.com/2019/01/gabon-putsch-manque-ali-bongo-a-frole-la-repetition-de-lhistoire/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…