Partager ce Post

Politique

Affaire OFMAS: “…Je défendrai mon honneur qui n’a pas de prix”, dixit Ayadji

Affaire OFMAS: “…Je défendrai mon honneur qui n’a pas de prix”, dixit Ayadji

Le directeur général des infrastructures, Jacques Ayadji n’entend pas se laisser manger cru par les détracteurs de la république dans le dossier à polémique de la construction du tronçon de route Porto Novo-Akpro Missété-Pobè-Adja Ouèrè-Ouinhi qui défraie actuellement la chronique.

Surfant sur un vox populi réalisé par la chaîne française “SIKKA TV” sur le dossier OFMAS, le directeur général des infrastructure a une fois de plus rompu le silence pour repréciser les déclarations qu’il a fait lors de sa sortie médiatique d’explication.

A en croire le contenu de sa publication, Jacques dit ne pas comprendre que les polémiques puissent s’intensifier après sa sortie médiatique alors qu’il a donné des explications dan un français courant et accessible à des gens qui ont pourtant un niveau intellectuel respectable. Pour le directeur général des infrastructures, Jacques Ayadji, la cabale actuel contre sa personne est faite à des fins inavouées et il est prêt à défendre son honneur “qui n’a pas de prix”. Lire ci contre l’intégralité de sa réaction.

Nouvelle réaction de Jacques Ayadji dans le dossier OFMAS:

Bonsoir à tous et à toutes.

J’ai suivi ce vox populi signé sikka tv qui me donne une occasion supplémentaire d’être triste pour mon pays. Que ces polémiqueurs politiciens avec leur niveau intellectuel respectable soient incapables de comprendre une intervention faite en français (langue officielle de travail) et résumée en fon (une de nos langues nationales les plus parlées) pose problème, à moins, comme je le pense, qu’ils feignent de n’avoir rien compris de cette intervention on ne peut plus claire pour se donner une “bonne conscience” dans la poursuite de la polémique à des fins inavouées.

Je me permets ici de reprendre ce qui a fait l’objet de polémique et à laquelle j’ai demandé et obtenu l’autorisation de qui de droit pour laver l’honneur de la Direction Générale des Infrastructures (DGI) dont j’ai la charge en raison de son niveau d’implication dans ce dossier.

Tout est parti de la déclaration du ministre sortant des Infrastructures et des transports faisant état de ce que l’entreprise ofmas a reçu une avance du budget national.
Les polémiqueurs que j’avais supposés de bonne foi avaient déduit de cette déclaration du ministre que le Gouvernement aurait menti en parlant de marché à préfinancement direct par l’entreprise ofmas et en lui versant en catimini des ressources provenant du budget national. Selon eux, le ministre sortant venait de révéler au grand jour un secret du couvent qui justifierait par la suite son limogeage par le Chef de l’Etat. C’est en estimant que les dénonciateurs étaient de bonne foi que je me suis proposé en ma qualité de Directeur Général des Infrastructures de mettre l’information vraie à la disposition du public pour lui permettre d’opiner en connaissance de cause.

C’est ainsi que j’ai expliqué les conditions dans lesquelles ce préfinancement a été accordé à l’entreprise et ai mis à l’occasion à la disposition du peuple par les soins des journalistes les extraits du marché de 48 milliards et non de 164 milliards signé avec l’entreprise ofmas pour lui permettre d’aller chercher le financement pour remplir les conditions de la signature de la convention de financement qui est la dernière étape sans laquelle aucun démarrage des travaux n’est possible malgré le marché de travaux signé. Ce marché prévoit bel et bien un préfinancement du budget national cautionné à cent pour cent à remettre en place dès la mise en place du financement par les banques de l’entreprise, donc dès la signature de la convention de financement.

C’est donc ce préfinancement du budget national qui a rendu possible le démarrage des travaux avant la signature de la convention de financement (synonyme du bouclage du financement par l’entreprise auprès de ses banques). Vous comprenez donc mon étonnement de voir mon ami et frère Guy Mitokpe, aujourd’hui député à l’Assemblée Nationale, donner l’impression de parler sans précaution au moins interrogative d’un contrat dont il n’a pas connaissance puisqu’il affirme dans sa question orale que le gouvernement a mis de l’argent à la disposition de OFMAS alors que le contrat qui lie ce dernier à l’Etat parle de préfinancement direct par l’entreprise. Alors question: un contrat se résume-t-il à un seul de ses articles ou à l’ensemble desdits articles?

Pour ma part, ma sortie a porté ses fruits puisque l’objet de la polémique au niveau de ses auteurs a changé dans le dessein de continuer à embrouiller le peuple et à faire en sorte qu’il continue de croire qu’il s’agit d’un scandale. Aujourd’hui, ces polémiqueurs ne veulent pas exiger du gouvernement que toutes les dispositions soient prises pour que l’argent perçu par ofmas soit exclusivement affecté à l’exécution des travaux pour le bonheur voulu par le Chef de l’Etat aux populations de la zone d’influence de l’axe Porto-Novo/Akpro Missérété.

Les questions qui intéressent aujourd’hui se résument à:
1) pourquoi l’Etat béninois n’a-t-il pas offert le même préfinancement à l’entreprise sud-africaine?

2) pourquoi Jacques AYADJI fait l’avocat du diable tout juste parce que j’ai mis l’information, la vraie à la disposition du peuple?

3) Pourquoi Jacques Ayadji, réputé ardent dénonciateur de la gouvernance Boni YAYI justifie le préfinancement en faisant référence à un projet réalisé sous Boni YAYI et ayant fait l’objet de ce même type de préfinancement?

Il y en a même de mauvaise foi dont un quotidien de référence de la place (que je ne veux pas nommer ici) qui affirment que j’ai eu dans mon intervention à indexer la gouvernance Boni YAYI en faisant malhonnêtement abstraction du fait que c’est en démontrant que le préfinancement par le budget national n’avait rien d’anormal que j’ai ajouté simplement que ce n’était pas nouveau, référence faite à plusieurs projets réalisés sous différents régimes (pas seulement celui de Boni YAYI).

Je souhaite simplement qu’un jour, un député du parlement sud-africain interpelle le gouvernement sud-africain pour lui demander les raisons pour lesquelles il aura dessaisi d’un marché public, une entreprise béninoise défaillante au profit d’une entreprise sud-africaine. 

À ceux qui ont soif de l’information vraie, je veux dire que l’Etat béninois, en décidant de lancer à sa demande, l’entreprise OFMAS dans la recherche de financement pour la construction de certaines routes ( car c’est comme ça qu’il faut comprendre la décision du conseil des ministres) ne lui a pas offert la possibilité du préfinancement pour qu’il lui soit reproché aujourd’hui de n’avoir pas offert les mêmes facilités à l’entreprise sud-africaine défaillante.

Ce qui s’est passé, c’est que le gouvernement a par la suite, vu les plaintes répétitives fondées des populations, décidé de soulager leurs peines en confiant sur financement du budget national, certains travaux d’urgence de réparation des dégradations de tronçons routiers à Porto-Novo et à Cotonou à l’entreprise SOGEA-SATOM de capitaux français. Il s’agit des axes Carrefour Félicien Nadjo-Carrefour Akpro-Misserete dans Porto-Novo et Boulevard de la Marina: Carrefour Hôtel du Port-Carrefour Novotel dans Cotonou.

Naturellement cette décision n’a pas plu a l’entreprise ofmas qui n’a pas voulu qu’une partie de son projet lui soit indirectement retirée de cette façon là alors qu’elle s’est déjà lancée dans la recherche de financement. Voilà pourquoi le Gouvernement a été amené à restreindre l’intervention de SOGEA-SATOM sur le boulevard de la Marina en rétrocédant à OFMAS son axe avec cette disposition de préfinancement dont j’estime avoir suffisamment donné les motivations du Gouvernement. Les usagers du boulevard de la Marina doivent avoir remarqué l’intervention de SOGEA-SATOM sur cet axe.

En ce qui concerne ma référence au projet Aéroport-Place du souvenir de l’ère Boni YAYI, je me demande bien pourquoi les polemiqueurs ne parlent que de ça alors que j’ai fait aussi référence au projet Abomey-Bohicon-Ketou du Programme d’Appui au secteur routier ( PASR) qui n’a pas été réalisé sous les mandats de Boni YAYI. C’est cela même qui démontre la mauvaise foi et j’en passe. J’aurais pu citer le cas du projet Come-Lokossa-Dogbo en cours d’exécution sur lequel j’ai reçu à ma demande, l’autorisation de la BOAD de faire pré-financer la mission de contrôle par le budget national en attendant la levée par cette banque qui finance le projet de la mesure suspensive des décaissements en raison de la non indemnisation des sinistrés de ce projet.

Qu’il vous souvienne que le cabinet en charge du contrôle de ces travaux s’était retiré du chantier pour défaut de paiement de ses factures pour les raisons que je viens d’évoquer laissant l’entreprise exécuter les travaux sans contrôle pour plusieurs mois. Les populations de Sè et d’autres localités de ce tronçon s’étaient soulevées contre cet état de chose et j’avais été amené entre temps à aller les calmer. 

Je suis surpris que personne parmi les polémiqueurs ne cherchent à se documenter sur le dossier pour le maîtriser, préférant continuer d’embrouiller les populations parce qu’ils sont contre la gestion du Gouvernement. 

Je suis fier d’avoir dénoncé la gouvernance Boni YAYI mais cette posture ne m’a jamais amené à dénoncer une entreprise béninoise, y compris ADEOTI dont tout le monde connaît les liens avec le Président Boni YAYI. 

Pour finir, je réitère ma demande avec qui le souhaite, d’un débat contradictoire sur le dossier dans lequel le DGI que je suis a joué un rôle important que je suis prêt à assumer car ma conscience est pure et ne me reproche rien. Ceux qui comptent sur mon silence pour alimenter la polémique n’ont qu’à se désillusionner.
Je défendrai mon honneur qui n’a pas de prix.

Jacques Ayadji

Source :https://beninwebtv.com/2017/09/affaire-ofmas-defendrai-honneur-na-de-prix-dixit-ayadji/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…