Partager ce Post

Société & Santé

Association de malfaiteurs et vol à main armée (22e dossier): Dix ans de travaux forcés pour Ayouba Sama et Zibo Samba

Association de malfaiteurs et vol à main armée (22e dossier): Dix ans de travaux forcés pour Ayouba Sama et Zibo Samba

La cour d’assises de la cour d’appel de Parakou a examiné, ce mercredi 16 août, une affaire d’association de malfaiteurs et vol à main armée pour laquelle Ayouba Sama et Zibo Samba sont inculpés. Ils ont été jugés coupables et condamnés à dix ans de travaux forcés.

Ils se sont emparés d’un bien d’autrui pour, après le partage du fruit que leur rapporterait sa vente, régler quelques affaires qui leur sont personnelles, et en apprennent à leurs dépens. Eux, ce sont les sieurs Ayouba Sama qui devait faire face aux problèmes d’accouchement de sa femme, et Zibo Samba qui avait, quant à lui, l’ambition de mettre de l’engrais à son champ de coton. C’est donc la recherche du gain facile, pour se tirer d’affaire, qui les a malheureusement conduits, ce mercredi 16 août, à la cour d’assises de la cour d’appel de Parakou. Inculpés pour association de malfaiteurs et vol à main armée, faits prévus et punis par les articles 265, 266, 267 et 381 alinéas 1 du Code pénal, la cour les a condamnés chacun à dix ans de travaux forcés. En détention depuis seulement le 21 septembre 2015, ils ont encore plus de huit ans à passer derrière les barreaux.

Devant la cour hier, Ayouba Sama et Zibo Samba, respectivement âgés de 21 et 19 ans, ont expliqué les circonstances dans lesquelles les faits se sont produits. L’idée de voler une moto, c’est Ayouba Sama qui l’a eue. C’est également lui qui était en possession de l’arme blanche qui a servi au braquage.
Selon l’avocat général Alain David Amoussou, l’analyse des faits qui fondent le renvoi des deux accusés devant la cour soulève quelques questions. «Ont-ils formé une association de malfaiteurs ? Ont-ils commis un vol à main armée ? Si oui, dans quelles circonstances l’ont-ils commis ? », s’est-il interrogé.

Par rapport à l’élément légal de l’infraction relative à l’association de malfaiteurs, le représentant du ministère public l’a situé dans les articles 265 à 267 du Code pénal. S’agissant de l’élément matériel, il trouve que Zibo Samba s’est associé à Ayouba Sama pour poser un acte, celui de déposséder Wahabou Mama de sa motocyclette. L’intention criminelle, il l’apprécie à travers la volonté d’Ayouba Sama de se rendre, muni de couteau, au marché. Selon lui, l’infraction d’association de malfaiteurs est bien constituée à l’encontre des deux. Quant à celle de vol à main armée, il a rapporté son élément légal à l’article 381 alinéa 1 du Code pénal. Statuant sur l’élément matériel, il rappelle qu’Ayouba Sama a reconnu, sans ambages, avoir porté un couteau sur lui. Au bénéfice de ses observations, il estime qu’il y a eu vol avec des circonstances aggravantes. Aussi, invite-t-il la cour à retenir les deux accusés dans les liens des charges retenues contre eux. Il requiert les travaux forcés à perpétuité contre chacun d’eux.

Une sentence qui a surpris Me Claude Olivier Hounyèmè et Montand Aïkpon qui assuraient la défense des accusés. Ils feront remarquer que leurs clients, au regard de leurs casiers judiciaires vierges, ne sont que des délinquants primaires que l’on ne saurait jeter en prison pour la perpétuité. Selon eux, vu le jeune âge des accusés, le ministère public avait la possibilité de correctionnaliser ce qui s’est passé. Bien que leurs clients aient mal agi, ils demandent la clémence de la cour en leur faveur.
Après en avoir délibéré, la cour condamne Ayouba Sama et Zibo Samba à dix ans de travaux forcés chacun.
La cour qui a examiné ce dossier était présidée par Adamou Moussa. Noël S. Houngbo et Francis E. Bodjrènou étaient les deux assesseurs. Le fauteuil du ministère public était occupé par Alain David Amoussou. Me François Nougbodohoué a tenu la plume de l’audience. Les jurés avaient pour noms, Ibrahima Noma Zimé, Alidou Adamou, Emile N’Yaba N’Dah et Maféirou Célestin Babahoum?
Les faits de la cause

Après avoir mûri l’intention de voler une motocyclette, les nommés Ayouba Sama et Zibo Samba ont, le jeudi 15 septembre 2015 aux environs de 19 h à Guéné (Commune de Malanville), arrêté le conducteur de taxi-moto, Wahabou Mama à qui ils ont demandé de les conduire dans le village de Kantro. En cours de route, sur la voie de Torozougou, Ayouba Sama sortit un couteau et le plaça à la gorge du conducteur, l’obligeant à s’arrêter. C’est dans ces circonstances que ce dernier réussit à faire tomber la moto qu’il pilotait et sur laquelle ils étaient tous les trois.

En se relevant, une lutte acharnée s’engagea entre Ayouba Sama, porteur de l’arme blanche et le motocycliste, Zibo Samba s’étant enfui avec la motocyclette, après s’en être emparé.
Wahabou Mama, après avoir reçu des blessures, parvint à arracher le couteau à son agresseur. Il l’obligera même à battre en retraite.
Appréhendés le lendemain par les forces de l’ordre, Ayouba Sama et Zibo Samba ont reconnu les faits mis à leur charge?

Source: https://lanationbenin.info/index.php/societe-2/146-societe/13685-association-de-malfaiteurs-et-vol-a-main-armee-22e-dossier-dix-ans-de-travaux-forces-pour-ayouba-sama-et-zibo-samba

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…