Partager ce Post

Politique / Société & Santé

Bénin: 3.500 milliards de FCFA de dette publique au 3ème trimestre 2017

Bénin: 3.500 milliards de FCFA de dette publique au 3ème trimestre 2017

La dette publique du Bénin, au dernier trimestre 2016, s’élève à 2.513,05 milliards de FCFA. C’était il y a un an. A la date du 30 septembre 2017, la Caisse autonome d’Amortissement (Caa) enregistrait déjà 3.500 milliards de FCFA comme cumul de la dette intérieure et dette extérieure du Bénin. Malgré la croissance de cette dette depuis quelques années, le risque de surendettement du Bénin reste faible selon les organismes financiers internationaux notamment le Fonds monétaire international (Fmi).

Une tribune en collaboration avec le quotidien “NOUVELLE ECONOMIE” sous la plume de Riwane Waliou HOUNNOU 

Chaque jour au Bénin, le Trésor public creuse le fossé de la dette sans pour autant creuser l’hécatombe de la dette publique. En effet, avec ses 2.513,05 milliards de dette publique au 31 décembre 2016, le Bénin a affiché un taux d’endettement de 47,65% à cette date. Mais au 30 septembre 2017, soit moins d’un an, le pays a dépassé la barre des 3.500 milliards de FCfa de dette publique soit un taux d’endettement d’environ 60%. Ainsi, le pays tutoie le firmament de la barre communautaire fixé par les pairs qui est de 70% du Produit intérieur brut (Pib).

Aucun pays, membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) n’est autorisé à dépasser ce sommet d’endettement. Le Togo l’a dépassé à plus de 32% soit 102% de taux d’endettement de son Pib depuis deux années consécutives.

Après ce pays à scandale financier public, le Bénin s’annonce comme le 2ème pays à vouloir violer ce principe de la dette souveraine.

A 60% de taux d’endettement de son Pib, le Bénin est, certes, encore dans la norme communautaire mais est plus proche de la cime de 70% que des 10% ou des 1% d’un bon élève de l’Uemoa. Pire le pays a violé la limite imposée par les Partenaires techniques et financiers (Ptf) notamment le Fonds monétaire international (Fmi). En effet, selon les documents de cadrage macroéconomique du fonds, la dette publique des États est soutenable à 55% du total de leur Produit intérieur brut (Pib). Depuis avril 2017, le Bénin est largement en deçà des 55% en affichant une intention de surendettement.

Le Bénin entre surendettement et efforts de développement

L’évolution structurelle du portefeuille de la dette publique observée depuis 2015 s’est ainsi maintenue au cours de l’année 2016. Cette phrase de la Caisse autonome d’Amortissement (Caa) cache un malaise profond. C’est la volonté manifeste des dirigeants d’aller vers la cime. Ainsi après la bonne volonté du régime défunt de rester dans les normes 48% du taux d’endettement au premier trimestre de 2016, le gouvernement de la rupture a atteint en moins de deux années d’exercices budgétaire les 60% soit 22% d’efforts.

En effet, de 2.080,53 milliards au 31 Décembre 2015, l’encours de la dette publique est passée à 2.513,05 milliards de FCFA au 4ème trimestre 2016, soit environ 4,23 milliards de dollars US. Une hausse de 20,79% en glissement par rapport à la même période en 2015. Cette tendance haussière observée depuis quelques années, qui a vu plus que doubler la dette publique du Bénin (passant de 1.144,00 milliards FCFA en 2013 à 2.513,05 milliards en 2016). L’encours de la dette publique au 31 décembre 2016 est constitué de 1.139,61 milliards de FCFA (1,92 milliards Usd) au titre de la dette libellée en devises et de 1.373,44 milliards de FCFA (2,31 milliards Usd) au titre de la dette libellée en monnaie locale.

La dette extérieure et la dette intérieure représentent respectivement 45,35% et 54,65% du portefeuille de la dette publique. Le taux d’endettement public (encours de la dette rapporté au Produit intérieur brut) est de 47,65% au 31 décembre 2016 dont 21,61% au titre de la dette extérieure et 26,04% pour la dette intérieure. La dette intérieure est dominée par les titres publics (bons et obligations du Trésor) qui représentent 73,6% de l’encours, suivis des financements bancaires (15,8%), des emprunts mobilisés auprès de la BOAD (9,0%) et le reste (1,6%) représentant les autres dettes intérieures.

La dette extérieure quant à elle, est constituée essentiellement de la dette multilatérale (79,9%). Elle a été principalement contractée en des termes concessionnels. Les principaux créanciers extérieurs sont la Banque Mondiale (41,6%) et (19%) pour le Fonds Africain de Développement.

Le Bénin, pays « vert »

Malgré cette évolution de la dette publique, le risque de surendettement du Bénin reste faible selon les organismes financiers internationaux. Mais la marge d’endettement s’amenuise. En effet, selon la dernière actualisation de l’analyse conjointe du FMI et de la Banque mondiale de la viabilité de la dette (AVD), le Bénin continue à présenter un risque faible de surendettement (pays « vert »), mais la marge par rapport au risque de surendettement « modéré » est devenu faible.

Le taux d’endettement public (intérieur et extérieur) est estimé à 47,6% du PIB fin 2016, en progression rapide mais en dessous du plafond de 70% fixé par l’UEMOA. Le ratio de la dette extérieure rapporté au PIB se situe à 21,6%, alors que la dette intérieure, qui a le plus progressé (avec l’augmentation de l’encours des titres d’Etat), représente 26 % du PIB. Cependant à fin décembre 2016, le taux d’intérêt moyen pondéré et la maturité moyenne du portefeuille sont passés respectivement à 3,7% et 8,2 ans contre 3,5% et 9,2 ans à fin décembre 2015.

Cette légère dégradation observée au niveau des indicateurs de coût et risque du portefeuille est due à l’évolution structurelle du portefeuille de la dette publique au profit de la dette intérieure qui est plus chère et à maturité plus courte.

Le risque de surendettement du Bénin demeurerait faible mais la marge par rapport au risque « modéré » s’est amincie

Le Franc CFA (54,7%) est la monnaie dominante sur l’ensemble du portefeuille de la dette publique. Les tirages sur emprunts extérieurs effectués au 31 décembre 2016 dans le cadre des projets d’investissement s’établissent à 71,35 milliards de FCFA. Ils proviennent principalement des bailleurs de fonds tels que : l’AID, la BADEA, le FAD, le Fonds d’Abu Dhabi, le Fonds Koweitien, le Fonds Saoudien de Développement, la BEI, la BIDC et le Fonds OPEP.

Les tirages sur emprunts intérieurs au 31 décembre 2016 se chiffrent à 132,84 milliards de FCFA répartis comme suit : 17,18 milliards de FCFA provenant de la BOAD et 115,66 milliards de FCFA des banques primaires. Le montant total des émissions de titres publics au 31 décembre 2016 s’élève à 396,55 milliards de FCFA dont 301,05 milliards de FCFA pour les emprunts obligataires et 95,50 milliards FCFA pour les bons du Trésor. Le service de la dette publique à court, moyen et long termes a été assuré pour un montant de 299,81 milliards de FCFA au 31 décembre 2016. Il se répartit comme suit : 36,20 milliards de FCFA pour la dette extérieure et 263,61 milliards de FCFA pour la dette intérieure. Les remboursements de titres publics s’élèvent à 230,02 milliards de FCFA dont 70,87 milliards de FCFA pour les emprunts obligataires et 170,86 milliards de FCFA pour les bons du Trésor.

Du 1er janvier au 31 décembre 2016, dix-huit (18) accords de prêts ont été signés pour un montant total de 500,61 milliards de FCFA dont 298,43 milliards de FCFA auprès des créanciers extérieurs et 202,18 milliards de FCFA auprès des banques commerciales. Le portefeuille de la dette publique à fin décembre 2016 présente les caractéristiques suivantes : le taux d’intérêt moyen pondéré et la maturité moyenne du portefeuille sont passés respectivement à 3,7% et 8,2 ans contre 3,5% et 9,2 ans à fin décembre 2015. Cette légère dégradation observée au niveau des indicateurs de coût et risque du portefeuille est due à l’évolution structurelle du portefeuille de la dette publique au profit de la dette intérieure qui est plus chère et à maturité plus courte.

Selon les résultats de l’Analyse de Viabilité de la Dette (AVD), le risque de surendettement du Bénin demeurerait faible.

Mais, la marge par rapport au risque « modéré » s’est amincie. Le ratio VA de la dette/exportations se révèle être l’indicateur le plus pertinent et dépasse son seuil de façon marginale et temporaire dans un scénario de choc extrême. Le ratio VA de la dette publique/PIB quant à lui, resterait en dessous du point de référence de 56% sur toute la période de projection contre 3,5% et 9,2 ans à fin décembre 2015. Cette légère dégradation observée au niveau des indicateurs de coût et risque du portefeuille est due à l’évolution structurelle du portefeuille de la dette publique au profit de la dette intérieure qui est plus chère et à maturité plus courte. Selon les résultats de l’Analyse de Viabilité de la Dette (AVD), le risque de surendettement du Bénin demeurerait faible.

Mais, la marge par rapport au risque « modéré » s’est amincie. Le ratio VA de la dette/exportations se révèle être l’indicateur le plus pertinent et dépasse son seuil de façon marginale et temporaire dans un scénario de choc extrême. Le ratio VA de la dette publique/PIB quant à lui, resterait en dessous du point de référence de 56% sur toute la période de projection.

Source :https://beninwebtv.com/2017/10/benin-3-500-milliards-de-fcfa-de-dette-publique-3eme-trimestre-2017/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…