Partager ce Post

Politique

Bénin: l’indépendance de la justice est fragilisée par la constitution de 1990; selon Adjaka

Bénin: l’indépendance de la justice est fragilisée par la constitution de 1990; selon Adjaka

Faire de la justice béninoise une justice totalement au service du citoyen est une ambition difficile à réaliser; c’est du moins ce que pense le président de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (UNAMAB), Michel Adjaka.

Invité ce Mardi 29 Août 2017 autour de la réflexion du “Workshop” organisée par l’Association Béninoise de Droit Constitutionnel sur le thème: “La Justice et les citoyens”, le président Michel Adjaka a participé au panel de juristes qui a animé le sous thème: “La justice est-elle au service du citoyen?“.

Portant un regard de magistrat sur ce sous thème, le président de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (UNAMAB), Michel Adjaka estime que “l’oeuvre de la justice est si délicate qu’il est difficile de penser qu’elle sera un jour totalement au service du citoyen“.

A en croire Michel Adjaka, la justice dans la plupart des pays est généralement influencée par trois facteurs. Il s’agit d’abord de la tendance à une politisation de l’appareil judiciaire par le pouvoir exécutif; ensuite, il y a la personnalité des personnes appelées à animer cet appareil. Ces personnes peuvent s’empêtrer dans des actes de corruption; ce qui fragilise la mission de la justice à en en croire le magistrat. Le troisième élément qui peut influencer la justice selon, Michel Adjaka, est l’animation de réseaux faits des intermédiaires (surtout dans les milieux carcéraux).

Sur le premier facteur d’influence de la justice, le président de l’UNAMAB estime que la politisation de notre système judiciaire est un peu du fait de la constitution de Décembre 1990. Pour Michel Adjaka, en stipulant que c’est le chef de l’Etat qui garantit l’indépendance de la justice, la constitution du 11 Décembre 1990 “fragilise l’indépendance de la justice“. Dans un pareil contexte, “La carrière du magistrat dépend plus du politique que du système mis en place” a fait remarquer le président de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin.  Selon lui, la composition du conseil supérieur de la magistrature contrôlé par le gouvernement est un handicap pour l’indépendance de la justice car de par son influence, l’exécutif arrive toujours à politiser l’appareil judiciaire.

Sur le second niveau d’influence, le président de l’UNAMAB, estime qu’il y a des magistrats peu vertueux, facilement manipulables qui fragilisent  également l’indépendance de la justice. “ Il y a des acteurs de la justice qui ne sont pas intègres. Il y en a qui ne sont pas vertueux. C’est parce qu’il compte sur le parrainage politique” a précisé Michel Adjaka.

En outre, le développement de certains réseaux au cœur de l’appareil judiciaire contribue d’autres parts à fragiliser l’indépendance de la justice “Il y a des réseaux  qui contribuent à la destruction  du système judiciaire” a déclaré Michel Adjaka. A l’en croire, il y a dans l’appareil une sorte de “courtage judiciaire” animé par certains intermédiaires notamment dans les milieux carcéraux.

Le président de l’UNAMAB a en outre déploré la lenteur de la justice;  une lenteur qui serait due selon les explications du magistrat aux textes et aux procédures. Toutes  ces faiblesses mises en ensemble, fait de notre justice , une justice qui n’est pas toujours au service du “citoyen”.

Source :https://beninwebtv.com/2017/08/benin-lindependance-de-justice-fragilisee-constitution-de-1990-selon-adjaka

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…