Partager ce Post

Politique / Société & Santé

CESSION DE BÉNIN MARINA HÔTEL ET LES PERSPECTIVES : LE SYNDICAT SE PRONONCE.

CESSION DE BÉNIN MARINA HÔTEL ET LES PERSPECTIVES : LE SYNDICAT SE PRONONCE.

Le Bénin Marina Hôtel, sur décision du Conseil des Ministres du 15 février 2017, est revenu dans le giron de l’Etat béninois, pour non-respect des clauses du contrat de cession au groupe BMD Investment de l’homme d’affaires Martin Rodriguez. Une situation qui suscite diverses interprétations au sein de l’opinion. Pour comprendre un peu ce qui s’est passé, la rédaction de KINGONEWS s’est rapprochée du Secrétariat Général du Syndicat des travailleurs du Bénin Marina Hôtel, (SYNTRA-BMH) Barnabé LAGBENOU, qui a accepté livrer ses impressions. Loin des supputations et suppositions accusant le gouvernement en place et victimisant le repreneur de Bénin Marina Hôtel en 2003, le syndicat salue au contraire cette décision du gouvernement du Président Talon et livre des informations jusqu’ici restées inconnues du public. Lisez plutôt.

KINGONEWS : Bonjour Monsieur Barnabé LAGBENOU, pouvez-vous nous parler un peu de l’historique du syndicat dont vous coordonnez les actions?

Barnabé LAGBENOU : Je vous remercie d’abord pour l’intérêt que vous portez à Bénin Marina Hôtel et surtout pour le syndicat de la maison. Ce syndicat existe depuis que l’hôtel s’appelle Bénin Sheraton Hôtel. C’est un syndicat qui a œuvré dans la consolidation des acquis sociaux et la promotion des travailleurs ainsi que la sauvegarde de ce patrimoine cher à l’État béninois. Ce qui a permis à l’hôtel d’être une référence au Bénin en matière de tourisme et de l’hôtellerie. Ce syndicat continue de lutter pour la sauvegarde de cet hôtel ainsi que les acquis des travailleurs.

KINGONEWS: S’il vous était donné de remonter le fil du temps, que diriez-vous des premières actions de ce syndicat ?

B L: La première action du SYNTRA-BMH est la réalisation, la signature et la mise en vigueur de l’accord d’établissement, qui est un document de promotion sociale pour les travailleurs. Ensuite, le SYNTRA-BMH a empêché le bradage de l’hôtel à un gestionnaire privé, où dans un dossier d’appel d’offres du gouvernement, il y a eu un délit d’initié. Ceci a permis à l’État béninois en l’an 2000 où Sheraton était parti d’annuler l’appel d’offres et de reprendre la gestion de l’hôtel jusqu’en 2003 où le gouvernement a décidé de le céder à nouveau.

KINGONEWS : Que mettez-vous dans bradage de l’hôtel, et que s’est-il passé exactement à cette époque si ce n’est pas trop vous demander ?

B L: Au moment où l’État béninois avait lancé le dossier d’appel d’offres, parmi les sociétés qui avaient soumissionné, il y avait un du nom de PROTEA. Une société qui n’est autre que celle de M Séverin Adjovi associé avec des intérêts sud africains. Et ils avaient gagné tous les points de l’appel d’offres. C’est à ce niveau qu’apparait le délit d’initié parce que celui qui pilotait le dossier, en la personne de M Séverin Adjovi était membre du gouvernement. On ne pouvait donc pas être vendeur et acheteur à la fois. Et c’est le Syndicat qui a dénoncé cette pratique à l’époque. Il voulait reprendre l’hôtel comme ce fut le cas avec la SONACOP. Les affaires étaient pourtant florissantes et nous avions même fait un chiffre d’affaires d’environ 2 000 000 000 FCFA. Et c’est avec ces mêmes sous qu’on voulait racheter l’hôtel. À ce titre, nous avons rédigé un mémorandum où tout est détaillé.

KINGONEWS: Et pourquoi donc, en dépit de ces performances, en 2003 le gouvernement du feu Général Mathieu Kérékou a décidé à nouveau de la cession de l’hôtel? Que s’est il passé selon vous, vu que vous êtes à la tête du syndicat des travailleurs de cet hôtel depuis toutes ces années?

B L : En effet, en 2003, le gouvernement du feu Général Mathieu Kérékou a décidé de céder l’hôtel a nouveau. Parmi les cinq (05) sociétés qui ont acheté le dossier, seulement deux (02) ont soumissionné. La société Méridien et LAICO. Après le dépouillement, la Société Méridien a gagné. La cellule qui a piloté les appels d’offres était sur le point d’envoyer un courrier à Méridien quand une instruction est venue de la Présidence demandant d’arrêter la procédure et d’entamer les négociations avec le groupe de Martin Rodriguez.

KINGONEWS: Pourquoi arrêter le processus en cours et engager encore une autre négociation ?

B L: La raison est simple. Le groupe de Martin Rodriguez en l’occurrence BMD Investment qui n’était même pas dans la procédure dès le départ, a été reçu en audience entre temps par le Chef de l’État, et ceci en pleine procédure de cession. C’est à ce niveau qu’ils ont spéculé sur les offres afin de reprendre la gestion de l’hôtel. C’est donc sur instructions du Chef de l’État que les négociations ont été engagées avec eux, alors que Méridien a déjà été déclaré adjudicataire.

KINGONEWS: Et quelle a été la suite ?

B L: La suite, c’est que le groupe de Martín Rodriguez, BMD Investment a présenté son offre et naturellement il est retenu et la gestion lui a été confiée sur trois (03) documents contractuels. La convention de vente du fonds de commerce de Bénin Marina Hôtel, le cahier des charges et le contrat de bail emphytéotique.

KINGONEWS : C’est donc comme ça que Martin RODRIGUEZ a repris BMH en 2003, vous voulez dire ?

B L : Exactement.

KINGONEWS: Le syndicat que vous dirigez a-t-il été associé à toutes ces procédures visant la cession du Bénin Marina Hôtel ?

B L: Oui ! Sur la base de son offre et des documents contractuels. Mais il se fait que les clauses de cession sur lesquelles l’hôtel lui à été cédé n’ont pas été respectées. Le Syndicat, fidèle à sa ligne a dénoncé les irrégularités contenues dans la cession de l’hôtel et a demandé à l’État de reprendre l’hôtel conformément aux sanctions prévues dans les conventions de cession. Nous avons bataillé dûr, notamment du temps de Thomas Boni Yayi. Mais nous nous sommes heurtés à une mafia qui nous a extrêmement compliqué la tâche. Une fronde syndicale qui s’est soldée par mon licenciement abusif en 2014, rien qu’à cause de ce dossier.

KINGONEWS : Et quelles sont ces clauses contractuelles qui n’étaient pas respectées par Martin Rodriguez et le groupe BMD Investment ?

B L: La non-signature du cahier des charges. Le non-respect du délai de la rénovation de l’hôtel exigé par le gouvernement sans quoi l’hôtel sera repris. La vente de la parcelle prévue pour l’extension de de l’hôtel dans un marché de gré à gré et qui est contraire à la procédure. Le changement de la convention de vente pour acquisition de l’hôtel en pleine propriété, sans l’avis de la commission technique qui pilote le dossier et sans l’autorisation du Conseil des Ministres, sans oublier bien sûr le blocage du volet social très important pour les travailleurs.

KINGONEWS: À vous entendre, monsieur le Secrétaire Général, il y aurait eu une mafia en connivence avec le repreneur pour vous mettre les bâtons dans les roues? Si oui, quelles étaient les faces visibles de cette mafia sous Boni Yayi ?

B L: Ah, oui! Au niveau de la Présidence de la République, il y avait le tout-puissant, omniprésent et omnipotent, Amos Elègbè. Au Ministère du Tourisme, il y avait l’ancien Directeur de Cabinet David Nahouan. Dans le trucage des documents, il y avait Frédéric Dohou, Ministre du Tourisme à l’époque, épaulé de Grégoire Laourou, ancien Ministre des Finances de Kérékou, ainsi qu’une légion de cadres commis aux torpilles et dont fort heureusement je n’ai plus tous les noms en tête.

KINGONEWS: D’après vous, qu’est ce qui peut justifier leurs comportements si tant est que ces personnes citées ont quelque chose à voir avec les difficultés que vous avez connues?

B L: Cher ami, d’abord les documents et les Procès Verbaux que nous avons constituent des preuves irréfutables. Ensuite, toutes ces personnes ont des contreparties dans la gestion de l’hôtel. Les documents dont je vous parle ont d’ailleurs été affectés au Chef de l’État actuel, le Président Patrice Talon dès sa prise de fonction pour montrer à la haute autorité combien il était important que l’Etat reprenne Bénin Marina Hôtel.

KINGONEWS: Vous disiez plus haut avoir été licencié de façon arbitraire, à vous croire en 2014. Expliquez nous un peu les raisons.

B L: J’ai été victime de mon intégrité. Je le dis parce qu’à la tête du syndicat, en dépit de toutes les propositions qui m’étaient faites à l’époque, j’ai toujours demandé à l’État béninois de reprendre l’hôtel conformément au non-respect des clauses de cession. Ils ont estimé que je suis manipulé par des repreneurs tapis dans l’ombre. Et comme je gênais des intérêts, ils ont monté un complot pour me licencier afin de noyer le dossier. Sinon que l’État aurait dû reprendre l’hôtel conformément au non-respect des clauses de cession depuis le gouvernement Boni Yayi.

KINGONEWS : Vous n’êtes pas précis sur la réponse. Nous vous reposons la question autrement. Quels étaient les motifs de votre licenciement ?

B L: Il y a trois motifs : violation des prescriptions concernant le service, tenue non réglementaire et perturbation par l’émission de musique personnelle. Je ne me reconnais d’ailleurs pas dans ces accusations qui sont des montages grossiers. Si j’avais commis une faute lourde, il n’y aurait pas trois motifs et les motifs évoqués n’ont aucun fondement.

KINGONEWS: Revenons à la reprise en main du Bénin Marina Hôtel par l’actuel gouvernement. Parlez- nous un peu de ce qui s’est il passé ?

B L: Au temps du gouvernement de Boni Yayi, nous avions tout essayé. Mais comme il y avait des obstacles, nous avions décidé d’attendre son départ avec les élections présidentielles de mars 2016. Mais avant nous nous sommes mobilisés pour soutenir la candidature de Patrice Talon parce que nous étions certains que lui et lui seul pouvait sauver cet hôtel de ce qui s’y passait. Vous savez que Martin Rodriguez avait entamé de détruire Patrice Talon avec le soutien actif de Boni Yayi. C’est là on s’est rendu compte qu’on ne pouvait rien obtenir d’eux. Matin Rodriguez même a déclaré qu’il a des employés qui soutiennent Patrice Talon parce qu’il sait qu’il nous a causé trop de préjudices.

KINGONEWS: L’État a donc repris le Bénin Marina Hôtel, le mercredi 15 février 2017 en Conseil des Ministres conformément à vos vœux. Dites-nous quel a été le sentiment du syndicat et du personnel ?

B L: C’est un sentiment de grande joie, aussi bien pour les travailleurs que pour le Syndicat qui a vu plus de dix ans de luttes et 14 années de misères et de gabegie prendre fin.

KINGONEWS: Alors après l’euphorie de la reprise de ce complexe hôtelier, de février à aujourd’hui qu’est- ce qui a vraiment changé?

B L : Pour le moment nous attendons le cadre juridique pour la nouvelle gestion de l’hôtel. C’est important pour nous. L’administration actuelle est provisoire. Nous savons que le gouvernement est à pied d’œuvre pour nous remettre dans nos droits, notamment en ce qui concerne la valorisation du volet social et la réhabilitation de l’hôtel. La reprise par l’État est une bonne chose pour l’hôtel et les employés. Il y avait une mauvaise gestion qui avait plongé l’hôtel dans des dettes énormes. Et si le gouvernement n’avait pas agit, ce serait la catastrophe. C’est une décision salutaire pour les employés ainsi que pour la survie de l’hôtel.

KINGONEWS: Quel appel avez-vous à lancer ?

B L : L’appel pressant que nous lançons au gouvernement est de mettre en place le cadre juridique afin de permettre le règlement des multiples problèmes sociaux engendrés par l’ancienne administration, la réhabilitation du Secrétaire Général du SYNTRA-BMH licencié abusivement, et enfin procéder à la rénovation de l’hôtel. Les travailleurs réaffirment leur soutien au Chef de l’État dans sa vision de faire du secteur du tourisme un levier de développement. Ils invitent le Chef de l’État à ne pas céder à la désinformation qui vise à opposer le Chef de l’État aux travailleurs de Bénin Marina Hôtel.

KINGONEWS : Nous sommes à la fin de notre entretien. Merci d’avoir accepté notre invitation. Il ne nous reste qu’à vous souhaiter beaucoup de courage, tout en espérant que votre appel parviendra à qui de droit.

Source :https://web.facebook.com/yves.dakoudi.7/posts/1926406340943783

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…