Partager ce Post

Politique

DÉCISIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 28 JUIN 2017: l’analyse objective de Géraldo Gomez

DÉCISIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 28 JUIN 2017: l’analyse objective de Géraldo Gomez

Il y eut un communiqué du Conseil des Ministres en date du 28 juin 2017. Sa publication en pleine nuit laisse quelques questions en suspens. Le doute sur la présence effective du Président de la République à une telle réunion reste entier: la volonté de coller l’une des décisions dudit conseil à l’actualité d’un jeune surdoué interdit de BAC n’a trompé que ceux qui sont préparés pour l’être.

Revenons au sujet principal annoncé en teasing sur les réseaux sociaux: la gestion de la filière coton avec ces fameux 125 milliards divertis vers d’autres destinations selon les audits évoqués.

Le contenu précis de ces audits n’étant pas disponible, on ne saurait opiner de façon responsable sur leurs orientations. On peut néanmoins soupçonner qu’il y a là, en arrière-plan de cette démarche une réelle volonté de moralisation de la vie publique, une volonté de faire rendre gorge à ceux qui auraient été mêlés à quelque gestion hasardeuse des biens de l’État. Les noms cités: Komi Koutché, Valentin Djenontin, Servais Adjovi, Idrissou Bako. C’est ici qu’il convient de rappeler à tous ces soutiens du Bénin Révélé que nous sommes dans un État de droit et que ces noms cités ne le seraient pas parce que condamnés déjà mais simplement parce qu’ils seraient présumés d’une certaine irrégularité.

Il me paraissait nécessaire de saluer et de faire saluer cette nécessité de transparence et cette démarche de bonne gouvernance. Même si je regrette amèrement qu’elle soit très partiale.

– En effet, comme dans le dossier SEGUB, le compteur de l’actuel gouvernement reste invariablement bloqué à 2013.
– Il semble que l’année 2012 pose un souci à ce gouvernement évidemment parce qu’il est concerné lui-même par la gestion de la gestion Coton jusqu’en 2012.
– Pourquoi la transparence et la bonne gouvernance sont-elles borgnes? Pourquoi les dossiers SEGUB et Coton semblent si bien étudiés alors que les ministres et le Président de la République nous invitent avec chaleur à ne plus regarder dans les rétroviseurs lorsqu’on leur parle de Maria-Gléta et des machines agricoles.
– Le rétroviseur ne commencerait qu’à partir de 2012?
– Que et qui retrouvons-nous en 2012 et 2011 (en ne remontant que de deux ans) dans la filière Coton? Pourrait-on aussi commanditer des audits sur cette période?
– Quid de la période actuelle? Que dire de la gestion actuelle du Coton et des deniers publics?

Qu’il nous souvienne que le tout premier Conseil des Ministres du Nouveau Départ a décidé de rétrocéder au groupe détenu par le Président Talon, ce que ce dernier croit que l’État béninois lui devait.
Or la continuité de l’État et les principes de droit nous laissent penser que la dernière parole officielle de l’État béninois était portée par le Président Yayi BONI et ne reconnaissait aucune dette vis-à-vis de Mr Talon malgré la décision de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage. Cette parole du Président Yayi BONI peut ne pas être juste. Elle ne demeure pas moins la parole de notre État béninois jusqu’à l’entrée en fonction du Président Talon. Alors se pose la question de droit: qui représentait l’État béninois lorsque le Président Talon prenait la décision de servir ses sociétés puisque c’est lui qui est bénéficiaire de la décision de la CCJA? Alors que par son élection à la tête du pays, il est désormais celui qui devrait représenter cet État, assurer la continuité de l’État!

Il est important de vérifier dans quelles conditions le pouvoir est revenu sur la parole publique et si cela a été entouré des précautions juridiques et procédurales requises pour sauvegarder les intérêts de l’État.

La transparence, Oui!
La bonne gouvernance, Oui!
Permettre aux cités de faire valoir leurs droits en toute transparence, Oui!
L’hémiplégie, Non!

Source: https://www.facebook.com/geraldo.gomez.10/posts/1813972205286365

Géraldo Gomez

DÉCISIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 28 JUIN 2017: REGAIN DE JOIE MALSAINE D’UN CÔTE, DE CONTESTATIONS ATTENDUES DE L’AUTRE – Il y eut un communiqué du Conseil des Ministres en date du 28 juin…

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…