Partager ce Post

Non classé

Entretien avec Félix Sohoundé Pépéripé, Directeur de la communication de la Fédération béninoise de football

Entretien avec Félix Sohoundé Pépéripé, Directeur de la communication de la Fédération béninoise de football

« Gianni Infantino reviendra au Bénin »

Un mois après le passage du Président de la Fifa au Bénin, le Directeur de la Communication de la Fédération béninoise de football, le journaliste Félix Sohoundé Pépéripé, expose à travers cet entretien exclusif les retombées d’une visite aussi inédite qu’historique…

Monsieur le Directeur de la communication de la Fédération béninoise de football(Fbf), le 10 janvier dernier le Président de la Fédération internationale de football association(Fifa) a foulé, pour la première fois dans l’histoire, le sol béninois. A votre avis, est-ce un exploit de la Fbf ou un simple hasard de calendrier de Gianni Infantino ?

Je voudrais rappeler, à toutes fins utiles, que dès qu’il a été élu, le Président de la Fédération béninoise de football(Fbf), Mathurin de Chacus, a été immédiatement invité par le Président de la Fédération internationale de football association(Fifa). J’étais de la délégation. Nous nous sommes rendus à Zurich en Suisse au siège de la Fifa. Au cours de son entretien avec Gianni Infantino, le Président Mathurin de Chacus a fait part à son hôte de son ambition soutenue par les autorités étatiques de son pays de construire des stades dans toutes les 77 communes du Bénin. A l’annonce de ce projet fort ambitieux, le patron de l’institution faîtière du football mondial a marqué immédiatement son intérêt. Il a promis en retour de se rendre au Bénin pour soutenir ce nouveau président de la Fbf. Et quelques mois plus tard, il honore sa promesse en se rendant dans notre pays. Je crois que c’est une première depuis l’accession du Bénin à la souveraineté nationale et internationale. Parce qu’avant Gianni Infantino, aucun de ses prédécesseurs ne s’était rendu au Bénin. On n’en avait jamais vu. Pour faire donc court, je dirai simplement que le mérite de cette visite revient à Mathurin de Chacus avec la complicité du ministre des Sports, Oswald Homéky. D’ailleurs sans cette symbiose entre ces deux personnalités, il n’y aurait certainement pas eu de visite au Bénin du Président de la Fifa.

Que peut-on retenir de cette visite inédite au Bénin du numéro 1 de l’institution footballistique mondiale ?

D’abord, il y a cette signature de mémorandum entre le Bénin et la Fifa. C’est une première pour la Fifa mais également pour le Bénin. Ce document qui scelle un nouveau partenariat entre les deux parties devra faciliter, sinon accélérer dans les tout prochains jours, la pratique du sport dans nos écoles, et plus précisément le football. Ensuite, il y a la partie béninoise qui a fait part de ses classes sportives au Président de la Fifa qui a vraiment approuvé le projet. à la nation sportive, le président de la Fifa qui a approuvé vraiment le projet. A part cela, il y a qu’aujourd’hui Maturin de Chacus veut repartir à la base en créant des écoles de football. La Fifa a adhéré à cette idée, et c’est d’ailleurs dans cette dynamique que le Président Gianni Infantino a procédé lors de cette visite à la pose de la première pierre d’une école d’excellence de football à Missérété. La construction de cet édifice sera entièrement financée par la Fifa. Je pense que c’est important de le souligner, surtout que dans la sous-région, cette école d’excellence sera une référence.

Et qu’en est-il du siège de la Fbf que le Président Gianni Infantino a visité ?

C’est vrai qu’au nombre des retombées figure en bonne place la réfection de la maison de la Fédération. Effectivement lors du passage au siège de la Fbf à Porto-Novo du Président Gianni Infantino, le Président Mathurin de Chacus a exprimé à son hôte de marque son ambition de redonner des couleurs à la maison de la Fédération. Et il est de notoriété publique que le patron du football béninois est un homme de goût qui aime le beau et le concret. Sa doléance a trouvé écho auprès du Président Gianni Infantino qui a promis l’accompagnement de la Fifa pour la réfection du siège de la Fbf. Et je peux vous assurer que c’est un engagement ferme du patron de l’institution mondiale. Outre cette promesse, le Bénin bénéficiera de la construction d’autres édifices notamment un centre de formation pour les femmes à Lokossa. C’est tout simplement formidable car la réalisation de ce projet boostera le développement du football féminin au Bénin. Mais il y a d’autres projets que le Président Gianni Infantino s’est engagé à accompagner.

Quels sont ces projets ?

Parmi les projets les plus importants qui ont suscité l’intérêt de Gianni Infantino, on peut citer par exemple l’opportunité de stages de recyclage au profit des journalistes sportifs béninois. Très prochainement, les confrères pourront donc bénéficier de stages de recyclage ou de renforcement de capacités. A ce propos, il faut avouer que certains de nos confrères ne savent pas toujours comment couvrir les compétitions statutaires de la Caf et de la Fifa. Chaque discipline ayant son jargon, ses règles de jeu, ses textes ou lois, on remarque parfois que le reporter sportif s’embrouille dans son commentaire de match ou dans la conduite d’une interview par manque de connaissances. Avec la contribution de la Fifa, les journalistes sportifs béninois seront à la hauteur de la tâche. Et l’ère du reporter sportif ignorant tout d’une zone mixte, des dimensions d’un stade de football ou encore du poids d’un ballon sera bientôt conjuguée au passé. Je pense que c’est une des retombées majeures de la visite du Président Gianni Infantino et moi, personnellement, j’en suis comblé.

Vous avez tantôt évoqué la construction d’une école d’excellence à Missérété où il existe déjà un centre de formation. Qu’en est-il exactement ?

En réalité, au regard de l’état des lieux, ce centre de formation est non seulement démodé mais il n’est plus entretenu comme cela se doit pour un site de cette envergure. Et comme l’une des priorités du Président Mathurin de Chacus est de doter le Bénin d’infrastructures modernes, Gianni Infantino a décidé de concrétiser cette volonté du comité exécutif de la Fbf de construire une école de football en lieu et place de l’actuel centre de formation totalement désuet. En clair, ce centre sera transformé en une école d’excellence de football dans les tout prochains jours. Le Président Gianni Infantino a posé en personne la première pierre de cet édifice très attendu, et vous verrez qu’il reviendra pour la cérémonie d’inauguration. C’est lui-même qui l’a confié aux membres du comité exécutif de la Fbf en guise de son soutien à leurs efforts. A l’occasion, il leur a également dit ce qu’il attend d’eux, c’est-à-dire, travailler et faire en sorte que l’on parle prioritairement du football, qu’on s’occupe véritablement du football et que l’on fasse en sorte que le fair-play prédomine. Gianni Infantino n’est pas venu au Bénin faire du shopping encore moins du tourisme. Il est arrivé pour voir l’existant et savoir ce qu’il peut nous apporter concrètement  afin que demain l’on puisse parler avec fierté du football béninois sur les plans continental et international.

L’un des moments forts de la visite de Gianni Infantino au Bénin est sa rencontre avec le Président de la République Patrice Talon. Dites-nous les engagements pris, dans l’intérêt du football, de part et d’autre à l’issue de cet entretien inédit ?

On peut retenir déjà que les deux parties, c’est-à-dire le gouvernement et la Fifa, ont signé un mémorandum d’entente sur la pratique du sport à l’école. La Fifa s’est engagée à appuyer les efforts du gouvernement à travers le ministère en charge des Sports pour une pérennisation des classes sportives dans nos écoles. C’est d’abord à l’école que les talents de demain sont détectés. C’est le lieu par excellence où les enfants peuvent libérer leur potentiel sportif. Nous sommes tous d’ailleurs des produits de l’école. C’est ici par exemple que nous avons appris à jouer. Il faut que le sport retourne à la base. Tout le monde s’accorde à le dire. Et quand en plus, il y a la volonté politique, comme c’est le cas aujourd’hui, le sport en général et le football en particulier ont de beaux jours devant eux dans notre pays.

Au cours de son séjour, le président de la Fifa a également rencontré les acteurs du football à divers niveaux. Quelle a été la substance du message de Gianni Infantino à l’endroit de la communauté footballistique béninoise qui sort à peine d’une grave crise ?

Tous les acteurs du football national ont effectivement répondu à l’appel de Gianni Infantino. Il s’est adressé à eux avec le cœur parce qu’il a suivi de près le processus ayant abouti à la sortie d’une crise assez préjudiciable au sport roi au Bénin. Pour montrer son attachement au Bénin, il leur a rappelé que sa première sortie en Afrique après son élection à la  présidence de la Fifa était à Khartoum lors du match opposant le Soudan au Bénin. Les écureuils avaient gagné le derby, et depuis lors Gianni Infantino estime que sa présence au stade est synonyme de victoire pour le Bénin. Il l’a dit, si lui, il suit un match du Bénin, l’équipe gagne toujours. Je crois que c’est bien pour nous qu’il ait directement échangé avec les acteurs du football national. Il leur a d’ailleurs prodigué de judicieux conseils pour éviter de nouvelles crises. Aujourd’hui on peut l’affirmer, le Bénin fait partie des pays que Gianni Infantino porte dans son cœur. Lui-même, il l’a dit. Donc, c’est bon pour nous.

Alors, pouvons-nous dire « mission accomplie » pour Mathurin de Chacus et son équipe ?

Mission accomplie pour Mathurin de Chacus et son comité exécutif ? Ah non ! Le plus dur reste à venir. Une chose est de faire venir le Président de la Fifa au Bénin, une chose est maintenant de faire le suivi de tout ce qui a été retenu entre les parties et surtout maintenir le cap pour une concrétisation des promesses et des engagements. Cependant on peut, d’ores et déjà, leur décerner un satisfécit. Mais la mission n’est pas encore accomplie. C’est maintenant qu’il faut travailler et faire de sorte à éviter de crise  et éloigner les vieux démons. Je crois que les acteurs l’ont bien compris en écoutant les propos du président de la Fifa. Mais nous sommes sur le bon chemin.

Pour conclure, dites-nous comment vous êtes devenu l’un des meilleurs journalistes sportifs de votre génération ?

Je ne veux pas faire de jaloux, je n’aime pas faire cela. Mais sans fausse modestie, je bats le record de participations en phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations et de la Coupe du monde, des jeux olympiques. En ce qui concerne les différents reportages, de ces compétitions, je bats le record. Cela me fait trente années de baraque. Il faut avoir le courage de le dire, trente ans de baraque, ce n’est pas rien. Mais il faut reconnaître que j’ai été bien formé à la Radio nationale. Pour cela, je remercie les deux Issa. D’abord Issa Démolo Moko qui fut  secrétaire général et préfet du Mono. Ensuite, Issa Kpara qui m’a recommandé officiellement au Directeur général de l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin(Ortb). Je leur dis sincèrement merci parce que c’est grâce à eux que je suis ce que je suis aujourd’hui.

 

Encadré

Pépéripé, un bourlingueur des stades

Félix Sohoundé Pépéripé est l’un des plus célèbres reporters sportifs béninois. Autodidacte et passionné de sports, il revendique aujourd’hui une trentaine d’années en journalisme. Fondateur et promoteur du quotidien « Le Confrère de la Matinée », il officie aussi sur plusieurs stations de radio nationales et étrangères, parmi lesquelles figure Radio France Internationale(Rfi) dont il est le correspondant sport au Bénin. Durant sa riche carrière, il a bourlingué aussi bien sur les stades africains que des autres continents. A son actif, la couverture médiatique de plusieurs compétitions statutaires de la Confédération africaine de football(Caf), de la Fédération internationale de football association(Fifa) et du Comité international olympique(Cio). Mais sa plus grande satisfaction reste son inoubliable expérience à la Coupe d’Afrique des Nations(Can) en Angola où il avait été appelé à assurer la retransmission des matchs sur Rfi aux côtés du journaliste français Christophe Jousset.

Sportif polyvalent, Félix Sohoundé Pépéripé avait pratiqué dans sa jeunesse plusieurs disciplines notamment les arts martiaux, le football, le tennis de table, l’athlétisme, le handball et l’haltérophilie. Mais aujourd’hui avec le poids de l’âge, l’ancien gardien de but des Scorpions du Mono se limite au sport d’entretien. Il continue par ailleurs de s’investir dans la formation des jeunes.

 

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…