Partager ce Post

À la Une

Gabon : à la radio d’État, des militaires appellent à un soulèvement

Gabon : à la radio d’État, des militaires appellent à un soulèvement

Ce lundi, alors que des coups de feu étaient entendus à Libreville, des militaires ont appelé le peuple gabonais à «prendre le contrôle de la rue». Ils ont aussi annoncé la prochaine mise en place d’un «Conseil national de restauration» en l’absence du président Ali Bongo, en convalescence au Maroc.

«Si vous êtes en train de manger, arrêtez. Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez. Si vous dormez, réveillez-vous. Réveillez vos voisins (…), levez-vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue.» Ce lundi vers 6h30, les Gabonais qui écoutaient la radio d’État du pays ont eu la surprise d’entendre ce message lu par un militaire se présentant comme commandant-adjoint de la Garde Républicaine (GR) et se disant président d’un Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS).

Le mouvement «demande à tous les jeunes des forces de défense et de sécurité et à toute la jeunesse gabonaise de se joindre à nous», a déclaré le militaire en annonçant la mise en place d’un «Conseil national de restauration». «Nous ne pouvons abandonner la patrie», a-t-il déclaré en jugeant les institutions «illégitimes et illégales». Il a souligné que «le jour tant attendu est arrivé où l’armée a décidé de se mettre aux côtés de son peuple afin de sauver le Gabon du chaos».

Trois militaires, coiffés des bérets verts de la GR, étaient visibles sur une vidéo de leur prise de parole circulant sur les réseaux sociaux et authentifiée par l’AFP. Parallèlement à cette prise de parole, des coups de feu ont été entendus par l’AFP sur le boulevard Triomphal, dans le centre de Libreville, la capitale du pays. À 7 heures, des blindés des forces de sécurité gabonaises bloquaient l’accès à ce boulevard, a constaté un correspondant.

Le président Ali Bongo victime d’un AVC en Arabie saoudite en octobre

Le 24 octobre, alors qu’il se trouvait en Arabie saoudite, le président Ali Bongo, victime d’un AVC, a été hospitalisé à Ryad où il a été soigné pendant plus d’un mois avant d’être transféré à Rabat, où il se trouve toujours en convalescence. Depuis deux mois, la communication officielle a été rare et partielle quant à la santé du chef de l’État, alimentant les rumeurs les plus folles sur les réseaux sociaux.

Le 31 décembre, le président Bongo a pris la parole pour la première fois depuis son hospitalisation. Cette prise de parole, peu fluide, était pour le MPJFDS une «honte» pour un «pays (qui) a perdu sa dignité». La vacance du pouvoir n’a pas été déclarée au Gabon en l’absence du chef de l’État. La Cour constitutionnelle a transféré en partie des pouvoirs du président au premier ministre et au vice-président.

Riche principalement de son pétrole et de sa forêt, le Gabon traverse par ailleurs depuis 2015 une période économique difficile qui a été aggravée par la baisse des prix du brut et s’est traduite par du chômage et des grèves à répétition. Plusieurs entreprises tournent au ralenti ou ont mis la clé sous la porte.

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2019/01/07/01003-20190107ARTFIG00048-gabon-a-la-radio-d-etat-des-militaires-appellent-a-un-soulevement.php

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…