Partager ce Post

Politique

Gouvernance au Bénin : Patrice Talon, l’espoir qui s’étiole ?

Gouvernance au Bénin : Patrice Talon, l’espoir qui s’étiole ?
Le peuple béninois connaît depuis peu une situation économique de plus en plus dégradée avec une gouvernance qui ne répond pas à cette politique sociale tant souhaitée et voulue par ce peuple dans la journée du 20 mars 2016. A la commande, des acteurs qui, ayant fait leurs preuves sous les régimes précédents, n’avaient pas émerveillé les Béninois.

Le peuple béninois s’est retrouvé en avril 2016 dans une nouvelle phase de son histoire qui s’écrit malheureusement par les mêmes acteurs d’antan. Etant donné que les auteurs n’ont pas changé, cette histoire, même si la forme semble connaître de petites modifications de style et de format, reste et demeure la même avec le même contenu.

 Le hic cette fois-ci, c’est qu’elle est faite la ruse, de trahison, de rage et avec l’homme de l’ombre à tout faire du régime Yayi.

C’est un secret de polichinelle que depuis le renouveau démocratique, aucun acteur politique issu d’une formation politique n’a accédé au fauteuil présidentiel afin de séjourner au palais de la Marina. Mais sans grande surprise, ces acteurs politiques sont les « incontournables » en ce qui concerne la gestion du pays. Puisque le Bénin s’est résolument engagé dans la gouvernance selon les normes démocratiques, il est donc normal que la vie politique soit animée par ces acteurs qui « échouent » toujours aux échéances électorales présidentielles.

Avant l’arrivée de l’actuel locataire de la Marina, Patrice Talon, une coalition dite de la rupture a été formée avec les acteurs tant politiques que de la société civile. Une coalition formée entre les deux tours afin de faire échouer le candidat issu de la coalition politique au pouvoir.

A l’élection de l’homme, tous ces acteurs étaient unanimes et avaient célébrée avec faste cette victoire qui, selon leurs dires,  a été le fruit d’une bataille collective. Même si cette joie n’a été qu’éphémère pour certains barons de cette coalition, elle est toujours d’actualité dans le rang des autres qui, s’agrippant au parapluie de la rupture pour son ombrage, battent les pieds et des mains pour se maintenir. Du coup, ils sont devenus des griots voire des larbins prêts à tout pour plaire au Chef de l’Etat.

Il y a quelques années, le peuple béninois les avait vus aux côtés de Thomas Boni Yayi, l’homme aujourd’hui décrié et haï de tous. Ils étaient sur tous les fronts presque pour proclamer les bonnes nouvelles du régime en place et vanter les mérites des différents gouvernements successifs.

C’était un ouf de soulagement quand on apprenait, au début du quinquennat présidentiel de Patrice Talon que les messes d’action de grâce, de remerciement et actions populistes sont rangées au fin fond des placards.

Mais malheureusement, cette décision ou cette volonté n’a été que de courte durée puisque la machine a repris de plus belle avec les éternels étiquetés déjà par le peuple. Se cachant sous le couvert du Programme d’Action du Gouvernement (PAG), ces politicards béninois envahissent les contrées, les villages et quartiers de villes pour prêcher tout en s’adonnant à la politique toujours décriée d’antan.

 Même les quelques affronts reçus sur le terrain n’ont pas émoussé leurs ardeurs et le peuple assiste impuissamment à cet état de chose. Au finish, ce n’est qu’un éternel recommence avec les mêmes acteurs.

Patrice Talon devenu président de la République à l’issu de l’élection de mars 2016 n’est pas aussi un novice puisqu’il avait passé presque tout son temps dans les arcanes du pouvoir sous les différents régimes successifs depuis le renouveau démocratique.

A la veille de la présidentielle, l’ancien Chef d’Etat, Thomas Boni Yayi, mettait en garde les Béninois quant à ce choix du candidat Patrice Talon. Mais à l’époque, d’aucuns l’avaient simulé à des discours d’adversaire politique.

Inconnu dans l’opinion publique jusqu’en 2012 avec cette affaire d’empoissonnement et de tentative de coup d’état, Patrice Talon a été pourtant le métronome de l’ombre du régime Yayi de son arrivée au pouvoir jusqu’à la période de la brouille entre les deux.

Aujourd’hui, la gouvernance de l’homme est fortement décriée et sa politique mise en place rejetée par une grande majorité de ce peuple béninois.

La flamme de l’espoir du peuple en Talon et son équipe s’éteint, semble-t-on le constater, à petit feu. Opération de libération des espaces et domaines publics, lutte contre les médicaments de rue, liquidation et affermage ou gestion déléguée des sociétés d’Etat, licenciement abusif et en masse des travailleurs des structures de l’Etat, mauvaise politique sociale privant le Béninois du minimum vital, absence d’une bonne  communication et bien d’autres actions peu favorables au renforcement du tissu socio-économique sont autant d’actions à mettre malheureusement à l’actif du régime Talon qui a pourtant promis à ce peuple le pain, la paix, l’unité, la cohésion et la bonne gouvernance.

Source: www.benintimes.info

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…