Partager ce Post

Politique

Leçons d’un remaniement ministériel

Leçons d’un remaniement ministériel

Josep Djogbénou – Aurélien Agbégnonci – Romuald Wadagni – Oswald Homeky : Un carré d’As pour aujourd’hui…et demain ?

Tout le monde attendait le deuxième gouvernement du président Patrice Talon. Finalement, personne ne l’a vraiment vu venir. Mais passé l’effet de surprise du vendredi dernier, chacun a eu le temps de prendre connaissance des entrées, des sorties, des confirmations. Après tout un week-end passé à décrypter sous tous les angles possibles ce nouveau gouvernement, place maintenant aux grands enseignements.

Un carré d’As particulier

On ne parlera pas des technocrates Koupaki et surtout Abdoulaye Bio Tchané qui restent, chacun en ce qui les concerne, confortés dans leur position. Mais au-delà des accords politiques qui justifient l’arrivée de la majeure partie de nouveaux arrivants, un fait ne passera pas inaperçu aux yeux des observateurs avertis, à savoir que ce remaniement a permis d’en savoir un peu plus sur la nature des relations entre le président Patrice Talon et les hommes de son sérail. Allusion ici faite à ces personnes qui appartenaient déjà à l’entourage de Patrice Talon bien avant la présidentielle. On a pensé, pour certains, que l’épreuve du pouvoir aurait eu raison de la qualité des relations entre le président et certains de ses hommes de confiance. Il n’en est rien, bien au contraire. Exemple au cas par cas avec Joseph Djogbénou, Aurélien Agbégnonci, Romuald Wadagni et Oswald Homéky…

Joseph Djogbénou : une confiance renouvelée qui en dit long

Tout le monde (ou presque) avait tôt fait de conclure, après le rejet du projet de révision de la constitution, que des têtes allaient tomber. Au premier rang, on citait celle du ministre de la justice. D’aucuns étaient même prêts à jurer que le divorce était consommé entre le président et son ministre. Ils n’attendaient plus que la liste du nouveau gouvernement qui viendrait entériner ces prédictions. Le nouveau gouvernement est là ; et le ministre Joseph Djogbénou en fait partie. Plus que jamais. Les uns et les autres sont définitivement fixés sur la nature des relations entre le Garde des sceaux et le premier magistrat. Au point où l’on se remet à penser que le renouvellement prochain des membres de la Cour constitutionnelle permettra de se rendre compte de l’étendue de la relation de confiance entre le Président Patrice Talon et le ministre Joseph Djogbenou

Aurélien Agbégnonci : polémique sans conséquence après le dernier voyage à Paris

Contrairement à ce que d’aucuns pensaient, personne ne paiera pour le fiasco de Paris, si tant est qu’il y a vraiment eu fiasco. On peut en effet se demander aujourd’hui si les réactions n’ont pas été disproportionnées par rapport aux faits réels, après la dernière visite du président Patrice Talon. Notamment quand on pense à toutes ces voix qui s’étaient élevées pour situer les responsabilités au niveau de la diplomatie béninoise, sans véritablement dire de quoi celle-ci était coupable. En confirmant Aurélien Agbégnonci à son poste de chef de la diplomatie, le président Patrice Talon n’a pas seulement donné un signal fort sur la confiance qu’il accorde à son ministre en charge des affaires étrangères. Cette confirmation peut, certes, apporter de l’eau au moulin de ceux qui ont, à un moment, tancé le traitement de faveur qui serait fait à ce membre du gouvernement. Mais la présence d’Aurélien Agbégnonci dans le gouvernement II de Patrice Talon vient surtout rappeler que le chef de la diplomatie béninoise est un homme-clé du régime.

Romuald Wadagni : Au nom du père et du fils

S’il y a un ministre du gouvernement sortant qui a été particulièrement éprouvé voire ébranlé ces derniers jours, c’est bien lui, Romuald Wadagni. La rumeur lui a attribué des biens immobiliers dans le reste du monde, des hectares à l’intérieur du pays, des ‘‘crimes de bonne naissance’’ et autres procès en ‘‘délit de prospérité’’. Les accusations étaient presque toujours si ridicules que personne n’a vraiment pensé que cela pouvait avoir la moindre incidence sur le remaniement ministériel. Effectivement, la nouvelle équipe est connue, avec Romuald Wadagni exactement là où on l’attendait. Preuve que l’argentier national a toujours toute la confiance de son chef le président Patrice Talon ? La bonne question est de savoir s’il avait un seul jour perdu ladite confiance. Loin d’avoir valeur d’enseignement, la confirmation de Romuald Wadagni au poste vient simplement rappeler une relation quasi père-fils qui existait bien avant que Patrice Talon ne devienne président ; une relation que rien ni personne n’est en mesure de perturber pour le moment. Et pour très longtemps encore ?

Et le grand gagnant de ce remaniement s’appelle…Oswald HOMEKY !

Autant les trois premiers, dans leur jeune carrière de ministres, ont dû faire face à quelques ‘‘patates chaudes’’, autant le dernier réalise quasiment le parcours sans faute. Mieux, il s’est tant et si bien investi dans son rôle de ministre des sports qu’à chaque rumeur de remaniement, son cas suscitait l’embarras. Et pour cause, Oswald Homéky a si bien habité la fonction de ministre des sports que l’opinion elle-même ne savait plus s’il fallait souhaiter le maintien du jeune premier au poste ou s’il fallait malgré tout l’en décharger pour lui confier un portefeuille ministériel plus important. Ni l’un ni l’autre, mais carrément les deux à la fois. Non seulement il garde le portefeuille de ministre des sports, mais il se voit confier en plus un, voire deux autres ministères. Avoir à sa charge un portefeuille composé du Sport, de la Culture et du Tourisme, cela équivaut carrément à se coltiner trois départements ministériels en un seul. D’aucuns pourraient trouver la mission trop grande pour le jeune ministre. Mais se lancer dans une telle analyse c’est pratiquement choisir d’oublier que Justin Trudeau (Canada), Alexis Tsipras (Grèce), Emmanuel Macron (France), Sébastien Kurt (31 ans, Autriche) et, bien avant tout ce beau monde Mathieu Kérékou, Mouammar Kadhafi, Thomas Sankara, et autres ont eu des charges plus lourdes sans que, à aucun moment, leur jeune âge ne soit un handicap, bien au contraire.

Qui plus est, Oswald Homéky dégage une aura, une assurance et un charisme plutôt inhabituels à son âge. Au point où on peut s’autoriser à penser que la gestion de trois ministères à lui confiée apparaît comme un exercice d’entraînement en attendant des charges et un destin encore plus grands. Dès 2019 ?

Source :https://web.facebook.com/colince.yan/posts/10208825519430428

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…