Partager ce Post

Société & Santé

Les expériences de la vie:la DOMESTIQUE DEVENUE PHOTOGRAPHE

Les expériences de la vie:la DOMESTIQUE DEVENUE PHOTOGRAPHE

On m’appelle Alvine. Je suis l’aînée d’une famille de quatre enfants. Aussi loin que me ramènent mes souvenirs dans le passé, je ne me rappelle pas avoir eu une enfance heureuse et épanouie. Ma famille n’était pas seulement démunie. Elle était sans cesse déstabilisée par les discordes conjugales de mes parents. En tant qu’ainée, j’ai souvent reçu de claques dans ma volonté d’apaiser la tension et faire arrêter de couler les larmes de mes frères et soeur. Nous étions parfois si affamés que se concentrer aux cours était chose difficile. Y rester pour suivre les explications jusqu’au bout sans être chassée de classe pour non paiement de frais de scolarité était impossible. A un moment, j’ai dû décider de passer de maison en maison pour proposer mes services de ménagère et de lavandière. Les midis, les soirs, les week-ends. J’en avais besoin parce que c’était le seul moyen d’avoir en échange de la nourriture pour mes frères et ma petite soeur. Et également pour avoir de quoi payer ma contribution. Je lavais les habits d’inconnus en pleurant. Je nettoyais leurs carreaux et leur assiettes en me demandant à quand la fin. Je l’ai fait pendant des années, jusqu’en classe de 1ère. Bien que brillante à l’époque et parmi les premières de classe, je ne pouvais exprimer tout mon potentiel parce que de plus en plus fatiguée par les tâches ménagères et peu concentrée à l’école. L’avenir était sombre et j’ignorais encore combien de temps durerait ce calvaire. Mes frères et soeur grandissaient davantage et leurs besoins croissaient. Il fallait que j’arrête de travailler à temps partiel pour avoir plus de moyens de m’en occuper. J’ai arrêté les cours, à une seule année du Bac.

Une amie m’informa qu’une dame basée en France recherchait une gérante de boutique pour vêtements de grandes marques. Je partis à l’entretien mais mon profil ne faisait pas l’affaire. Je n’étais pas assez classe pour tenir une boutique du genre, la propriétaire me le fit comprendre. Mais je jouai le tout pour le tout et elle finit par se laisser convaincre. Nous étions deux recrues puis avec le temps, elle jugea que j’étais suffisamment compétente et honnête pour gérer seule sa boutique. Elle s’absentait pendant des mois pour retourner en France et me laissait seule décider du sort de sa boutique. C’était une grande responsabilité pour quelqu’un qui était traitée comme une moins-que-rien dans sa propre famille. Une invisible qu’on ne remarquait que pour l’accabler de mépris avant de la faire retourner à son anonymat. Je suis restée à la boutique pendant deux ans avant de voler vers de nouveaux horizons.

Alors que j’étais chez une dame tôt un matin pour faire le nettoyage de sa maison, elle me dit « Alvine, aujourd’hui on ira à l’église ensemble. ». Je n’aimais pas l’église, cette assemblée qui à mon avis était remplie uniquement d’hypocrites et d’égoïstes. Cependant, je ne pouvais le dire à ma patronne. Je prétextai de me donner le temps de faire un tour chez mes parents prendre ma douche et me changer. Elle accepta, sans savoir que j’y allais pour dormir. En plein sommeil, alors que j’étais pourtant toute seule à la maison, j’entendis une voix me dire que quelqu’un m’attendait au portail. Je me réveillai pour aller voir, je vis la voiture de ma patronne garée. Elle s’exclama à ma vue  » Tu n’es toujours pas prête? Ce n’est pas grave, nous serons en retard, entre dans la voiture. ». Je n’étais ni lavée depuis le matin ni propre après le nettoyage fait à l’aube chez elle. Et pire, je n’avais sur mon corps qu’un simple collant et un t-shirt, tenue adéquate pour frotter le sol mais pas pour aller à l’église. Ma patronne ne voulut rien comprendre. Elle m’embarqua sans même me laisser aller changer mes sandales par des chaussures plus présentables. J’IGNORAIS, EN METTANT PIED À CETTE ÉGLISE, QUE LE POUVOIR CHANGERAIT DE CAMP. En effet, Dieu m’y attendait de pied ferme, moi la délaissée de tous temps, l’oubliée, la méprisée, celle dont les larmes auraient pu remplir des citernes au fil des années, tant ma douleur et ma solitude étaient grandes. Je ne comprenais pas pourquoi Il restait silencieux à mes prières. Pourquoi m’envoyer sur terre pour me faire autant souffrir? Devenir la mère de mes frères et soeur n’aurait jamais été mon rêve si la vie m’avait laissé le choix. Je voulais aussi me sentir fille, choyée, aimée, encadrée.

Pendant toutes ces années où Dieu garda le silence, ce fut pour me répondre ce jour-là où je mis pied à l’église. Une jeune dame m’appela quelques jours après le culte de ce fameux dimanche. Elle était du Département des Conseillers de l’église. Elle me dit qu’elle avait été assignée pour mon suivi spirituel. Cependant, au fil des années, elle joua bien plus que ce rôle. Elle devint ma mère. Je reçus d’elle des reproches justifiés mais également beaucoup d’amour. Celle qui n’est plus à présenter, qui s’est fait connaitre sous le pseudonyme de « Arielle Heaven » me prit sous ses ailes. ELLE ACCEPTA MES IMPERFECTIONS MAIS REFUSA MES LIMITES. Ça a été difficile de m’ajuster à son rythme. Comment les choses auraient-elles pu être autrement ? Je n’avais plus d’ambition à force de voir mes différents rêves avortés dans ma tête, sans personne pour m’aider à les concrétiser.

Dans la foulée, je fis la connaissance d’un photographe professionnel qui endossa pour moi le rôle de père. Parti trop tôt rejoindre Dieu mais resté suffisamment à temps pour me transférer sa passion au bout de quelques mois. Il me fit inscrire dans une école spécialisée en audiovisuel, avec l’approbation de ma mère, Arielle Heaven. C’était dur de retourner à l’école apprendre les cours quand on en a perdu déjà l’habitude. Je ne comprenais rien et à peine écrivais-je quelque chose de sensé sur mes copies d’interrogation. Mais à ma grande surprise, non seulement je finissais première de ma classe mais j’étais parmi les meilleures de ma promotion. Je repris peu à peu espoir et confiance en moi. A un mois de la fin de la formation, celui que j’appelais avec affection « mon petit papa » partit rejoindre Dieu. Le désespoir me fit arrêter les cours. COMMENT DIEU POUVAIT-IL M’ARRACHER LES GENS QUI CROYAIENT EN MOI ET LAISSER EN VIE CEUX QUI NE SOUHAITAIENT QUE MA CHUTE? Des paris avaient été lancé dans ma famille que je finirais mal, que rien de bon ne sortirait de ma vie. Comment Dieu pouvait-Il être aussi injuste au point de m’enlever l’un de mes bienfaiteurs? Puisque je devais mal finir, à quoi bon continuer ces cours si celui qui était mon parrain dans la vocation n’était plus là ? Arielle Heaven malgré sa volonté de m’aider ne connaissait pas notre domaine. Une nuit, je vis en rêve mon petit papa qui me disait « Contacte Happucphotography de ma part, va à Lomé et fais-toi former par elle. ». A mon réveil, je suivis ces instructions. Je partis pour une formation d’un mois. Je revins à Cotonou, fut formée par UVK STUDIO pendant trois mois. Avant de lancer ma carrière sur Facebook le 19/10/2016. AUJOURD’HUI, 19/10/2017, MA CARRIÈRE EN EST À SON TOUT PREMIER ANNIVERSAIRE.

En un an, j’ai suivi des cours en ligne sur internet. J’ai également été couvée par de jeunes et talentueux photographes de Cotonou mais également approchée par des photographes en France qui me donnaient des conseils sur Facebook. Ils m’ont prises sous leurs ailes et enseignée. Ils m’ont soutenue, moi la femme venue dans ce milieu d’hommes. Ça n’a pas été facile mais je reconnais humblement la touche de Dieu, entre ma première photo officielle il y a un an et la plus récente à ce jour. Un parcours jonché de leçons, de détermination, de questionnement également car entreprendre au pays dans ce contexte économique difficile relève de la foi et de la passion. Un jour, alors que j’étais dans une banque de la place, l’un des membres de ma famille y était aussi. Cet homme m’avait promis qu’un jour, il me dépasserait d’un crissement de pneus au volant de sa voiture, que je tournerai la tête avec fierté vers mes amis pour dire  » Regardez, cet homme est de la même famille que moi! ». IL M’AVAIT PROMIS QUE MON INVISIBILITÉ SERAIT PROPORTIONNELLE A CELLE D’UN CONDUCTEUR DE TAXI-MOTO : UNE INCONNUE DANS UNE FOULE BRUYANTE. Ironiquement, nous étions tous deux dans le même rang quand une jeune dame s’approcha de moi « Attendez, c’est vous Heavenphotography? Je vois vos photos sur Facebook ! Elles sont géniales ! ». Alors que je souriais et la remerciais, elle est allée voir une des caissières et revins vers moi, me demandant de la suivre. Elle me fit sortir du rang pour me faire servir. Je ne manquai pas de jeter un regard furtif à cet homme, mon propre sang qui m’avait maudit. Il était hébété, lui dont le compte bancaire était plein et qui était quand même délaissé dans un rang, comme un inconnu dans la foule alors que la domestique d’hier était traitée avec égards.

J’ai tellement de témoignages de la distinction de Dieu sur ma vie que si je devrais en parler, vous vous lasseriez de lire. Je voudrais juste encourager une jeune femme, un jeune homme à ne pas baisser les bras. Même sans diplôme, vous pouvez y arriver si Dieu le veut. In fact, Dieu veut votre bonheur peu importent les moments de malheur que vous traversez. IL FALLAIT QUE JE PRENNE SUR MOI POUR DEVENIR DOMESTIQUE AFIN DE RENCONTRER CETTE PATRONNE QUI ME CONDUISIT EXACTEMENT AU LIEU OÙ MA VIE DEVAIT RADICALEMENT CHANGER. NE RECHIGNEZ DONC JAMAIS LES PETITS BOULOTS TANT QU’ILS NE REMETTENT PAS EN CAUSE VOTRE INTÉGRITÉ MORALE. IL N’Y A PAS DE SOT MÉTIER TANT QUE VOTRE DIGNITÉ RESTE PRÉSERVÉE. Hier, je n’étais qu’une domestique parmi tant d’autres. Aujourd’hui, je peux dire que je suis la femme photographe du moment, sinon en termes de percée et de visibilité, la première femme photographe de mon pays. Rien n’est impossible à Dieu. Il peut vous faire rencontrer les personnes qu’il vous faut, même dans un lieu rempli de gens sapés alors que vous êtes vêtus de collant et de sandales, même sans avoir pris votre douche. Il peut vous sortir de l’anonymat pour vous faire photographier les autorités. Parfois, je n’en reviens juste pas que certains noms soient dans mon répertoire téléphonique. Je n’en reviens pas d’entrer dans certains bureaux et d’être reçue par des gens que je n’aurais jamais pensé voir ailleurs qu’à la télé. Moi, la petite domestique qui défilait de maison en maison pour demander des vêtements ou des assiettes à laver. Je suis la preuve que la parole de Dieu est vraie, qu’elle ait été écrite il y a plus de deux mille ans ou non. Oui, véritablement, Dieu est grand et puissant. Il est tout ce que la Bible dit. « DE LA POUSSIÈRE, IL RETIRE LE PAUVRE. DU FUMIER IL RELÈVE L’INDIGENT, POUR LES FAIRE ASSEOIR AVEC LES GRANDS. » Psaume 113:7. Mon témoignage en est la preuve. Je prie que Dieu vous fasse la même grâce de Se révéler à vous, comme Il s’est révélé à moi. Amen

Source :https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1993893097558142&id=1662958183984970

Partager ce Post

1 commentaire

  1. Dwelling here in North Florida, I’m just a little more than 100 miles from where I used to be born and raised to manhood. have a look [url=http://www.infodrugs.eu/kankusta-duo-como-tomar-onde-comprar.htm]Kankusta Duo[/url] my blog [url=http://www.mbtschuhekaufen.eu/titan-gel–erfahrung-test.htm]Titan Gel[/url]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…