Partager ce Post

À la Une / Politique / Société & Santé

PATRICE TALON OU LE REGRET DE TOUT UN PEUPLE…

PATRICE TALON OU LE REGRET DE TOUT UN PEUPLE…

Par Landry Vodji

Le 6 avril 2016 quand Patrice TALON devenu Président, prêtait serment en martelant qu’il était prêt, les béninois étaient à mille lieues d’imaginer que moins de deux ans après, leurs conditions de vie seraient désastre et profonde déception. À la tête d’une équipe rompue en amateurisme, le chantre de la rupture a démontré son incapacité à satisfaire les attentes des Béninois qui dans leur entièreté ne se contiennent plus à l’expression de leur incommensurable regret. Au pupitre, citoyens et personnalités politiques se succèdent.

C’est ainsi qu’à la faveur d’une conférence de presse donnée hier mardi 5 décembre 2017 au siège de la Renaissance du Bénin, l’ancien chef d’État Nicéphore SOGLO, a dit toute son amertume face à la gouvernance actuelle. Mettant à nu la mauvaise gestion dont fait montre l’équipe gouvernante actuelle, il a profité pour présenter ses excuses au peuple béninois pour avoir combattu le candidat Lionel ZINSOU qui à l’entendre, aurait pu mieux répondre aux attentes du peuple.

Bien tard pour regretter penserait-on, mais la vérité est que le Président SOGLO n’est pas le seul à exprimer ce profond regret de plus en plus partagé. On se souvient que le Dimanche 22 Octobre 2017 dans l’émission “SANS LANGUE DE BOIS” de la chaîne de radiodiffusion “SOLEIL FM”, Pascal TODJINOU, ancien secrétaire de la Confédération Générale des Travailleurs du Bénin s’était presque prêté au même exercice en affirmant avec amertume, “… Depuis que moi j’ai commencé par voir les différents gouvernements, je n’ai jamais vu ce que je vois aujourd’hui ”. Soutien de première heure de la rupture, il a profondément déploré avoir contribué à son avènement.

Mais avant eux tous et contre tout entendement, c’était le Ministre de la Défense Candide AZANNAÏ qui, n’en pouvant plus de vivre la trahison du peuple, a démissionné du gouvernement de Patrice TALON un an après sa prise du pouvoir. À l’occasion de l’installation de la coordination zou des femmes de l’Espoir le week-end dernier, l’ancien ministre a encore affirmé haut et fort, que rien de ce qui se fait actuellement ne va dans l’intérêt général, et qu’on ne peut gouverner un peuple pacifique par la ruse et la rage car, dira t-il, « les enragés sont des malades, les hargneux sont des haineux, des méchants, et les rusés sont des déloyaux, des tricheurs, des trompeurs donc des immoraux, des possédés sous la hantise d’esprits du mal, d’esprits pervers et criminels ».

Le diagnostic est donc établit. Seule reste la thérapie qui se mijote tout doucement dans quelques états majors. En attendant, chaque citoyen doit s’inspirer de cette douloureuse expérience pour dire sa sanction à travers les urnes dès le rendez-vous national de 2019.

Source :https://www.facebook.com/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…