Partager ce Post

Société & Santé

PLAIDOYER DE AHR-FOUNDATION EN FAVEUR DES ÂMES DÉMUNIES

PLAIDOYER DE AHR-FOUNDATION EN FAVEUR DES ÂMES DÉMUNIES

Journée Mondiale de l’enfant africain

Entre le terrorisme, les inégalités, la stigmatisation, la pauvreté ou la faim, la violation des droits humains, les travaux forcés et la déscolarisation, un grand nombre d’enfants africains est confronté à de terribles fléaux aujourd’hui. Pire, dans les grandes villes et campagnes, les actes d’injustice contre les âmes innocentes persistent malgré les engagements pris par la communauté internationale depuis au moins 25 ans. En effet, en 1990, la Convention relative aux droits de l’enfant reconnaissait ce dernier comme une entité légitime à part entière, disposant de droits devant être respectés au même titre que ceux des adultes. Depuis, des progrès remarquables au bénéfice de millions d’enfants ont été accomplis, mais l’Unicef constate avec désolation que « les laissés-pour-compte sont encore beaucoup trop nombreux » dans le rang des enfants sur le continent africain.

C’est en cela qu’autant que diverses organisations internationales, Assistance and Human Rights Foundation (Fondation Assistance et Droit de l’Homme) a pris conscience de cette triste réalité et depuis deux ans s’investit conséquemment au service des couches les plus vulnérables de notre société. Ainsi, aux côtés d’autres associations de défense des droits de l’homme et bien d’autres partenaires de bonne volonté, nous avons contribué, à notre modeste manière, à l’amélioration des conditions de vie des enfants tant au niveau sociétal qu’au niveau éducatif, sans occulter la nécessité de protection des droits des enfants.

Mesdames et messieurs, chers citoyens et éminents partenaires au développement représentés ici et ailleurs, des milliers d’enfants souffrent atrocement sur notre continent, lui-même objet de théâtre de toutes les formes de précarité avancée. Face à une tel constat, << quelle terre laisserons-nous à nos enfants et quels enfants laisserons-nous à cette terre? >> Cette interrogation d’Antoine de Saint Exupéry fonde d’emblée notre inquiétude sur la situation calamiteuse des enfants africains, oui sur la situation déshumanisante des enfants béninois et nous interpelle tous, chacun à divers niveaux à agir et leur apporter un brin de sourire à l’idée de briser les chaînes de violence auxquelles ils sont soumis, malgré eux.

Dans notre pays et comme partout dans le monde entier, il existe une pléthore d’initiatives à but non lucratif qui œuvrent sans répit en faveur des enfants. Cette expérience démontre que la société civile peut valablement contribuer à créer des conditions propices à l’émergence et à la pérennisation des programmes visant à améliorer la situation des enfants. En outre, s’il incombe aux pouvoirs publics d’apporter des solutions, tous les secteurs de la société peuvent eux aussi contribuer à réduire la détresse des enfants car nous le savons tous, l’État seul ne peut tout faire.

Alors que les problèmes sont nombreux et les moyens limités, la solidarité et la mise en commun des initiatives agissantes doivent être la priorité de toutes les structures et organisations associatives engagées pour construire un meilleur avenir, plus juste et fraternel, aux enfants africains. C’est du moins l’ultime conviction de AHR-FOUNDATION quitte à mettre les petites lueurs bout à bout afin d’éclairer la cité sombre des couches les plus vulnérables, les enfants défavorisés surtout.

Nathanaël KOTY, PRÉSIDENT/AHR-FOUNDATION

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…