Partager ce Post

Société & Santé

Renforcer la prise en charge du paludisme et des maladies tropicales négligées par la recherche scientifique au Bénin : La société béninoise de parasitologie-mycologie étudie la question à Cotonou

Renforcer la prise en charge du paludisme et des maladies tropicales négligées par la recherche scientifique au Bénin : La société béninoise de parasitologie-mycologie étudie la question à Cotonou

(Cotonou, 25 Juillet 2017). Les quatrièmes Journées scientifiques de la Société Béninoise de Parasitologie-Mycologie (SOBEPAM) se sont ouvertes à l’Institut des Sciences Biomédicales Appliquées (ISBA) de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS) sous la présidence de Dr Alassane SEIDOU, Ministre de la Santé.

L’objectif de ce symposium qui réunit des chercheurs et des scientifiques de la médecine humaine, animale, de l’entomologie, de la sociologie-anthropologie et de l’agronomie, c’est de faire le point de la recherche sur le paludisme et les maladies tropicales négligées. Au cours de cette rencontre d’échanges et de partage, les chercheurs et les scientifiques feront la synthèse des différentes recherches qu’ils ont effectuées notamment en parasitologie-mycologie et analyseront les applications qui en ont été faites.

L’amphithéâtre Christophe Benoît SADELER a accueilli les membres et partenaires de plusieurs institutions (OMS, UNICEF, USAID, IRD etc.) ainsi qu’une forte délégation d’agents de santé, d’étudiants et de jeunes doctorants. Entouraient le Ministre de la Santé au présidium le  Dr Télesphore HOUANSOU, Chargé des Programmes VIH/Sida, Hépatites, Tuberculose et Paludisme, Représentant Intérimaire du Représentant Résident de l’OMS au Bénin, le Professeur Dorothée A. KINDE GAZARD, Présidente de la SOPEBAM et son adjointe, le Professeur Agrégé Aurore OGOUYOMI HOUNTO, Présidente du Comité préparatoire des 4èmes journées scientifiques de la SOBEPAM, le Professeur Marcel Djimon ZANNOU, Président du comité scientifique et le Pr Delphin Kuassi MEHINTO, Doyen de la Faculté des Sciences de la Santé de l’UAC.. Le Professeur Marcel ZANNOU, Président du Comité scientifique des quatrièmes Journées de la SOBEPAM a honoré de sa présence, les travaux de cet atelier.

A tour de rôle, ces différentes personnalités ont loué l’initiative de ces journées qui selon eux, « honorent le monde scientifique béninois et particulièrement, les différentes entités des universités du pays ». L’essentiel des interventions a mis l’accent sur la nécessité pour le monde de la recherche scientifique de multiplier ce type d’initiative et de l’étendre à plusieurs autres domaines. En effet, le Professeur Dorothée A. KINDE GAZARD en sa qualité de Présidente de la SOBEPAM a donné  une conférence inaugurale au cours de laquelle, elle a présenté l’expérience en cours d’un candidat vaccin sur la prévention et la lutte contre le paludisme placentaire.

Cette expérience a été initiée par le Centre de Lutte Intégrée contre le Paludisme (CLIP) en collaboration avec l’Institut de Recherche Clinique du Bénin (IRCB), l’Université d’Abomey Calavi et des Universités allemandes. Le vaccin candidat mentionné par le Professeur Dorothée A. KINDE GAZARD est expérimenté sur des femmes volontaires béninoises et allemandes.

Au nom du Représentant Résident de l’OMS empêché, Dr Télesphore HOUANSOU, Conseiller chargé de la lutte contre le VIH/SIDA, les Hépatites, la Tuberculose et le Paludisme (ATM) a salué l’initiative des présentes journées scientifiques qui consistent à faire le point des recherches réalisées au Bénin dans le cadre de la lutte contre le Paludisme et les Maladies Tropicales Négligées (MTN). Selon lui, les résultats de ces recherches permettront d’améliorer les performances des programmes du Ministère de la Santé dans les domaines abordés au cours des présentes journées. Dans cette optique, le Représentant Intérimaire de l’OMS a insisté sur les nouvelles perspectives qu’offre la recherche scientifique au Bénin. En effet, a expliqué, Dr Télesphore HOUANSOU, « la qualité et le nombre de chercheurs et de scientifiques dont regorge le Bénin donnent l’espoir à l’OMS, d’espérer d’avoir dans les années à venir, des résultats susceptibles d’être mis à l’échelle régionale voire internationale pour la lutte contre le Paludisme et les Maladies Tropicales Négligées »

Il a souligné que pendant  ces trois dernières années, l’OMS a apporté son soutien technique et financier à la réalisation de trois travaux importants de recherche. Il s’agit de : a) L’impact de la résistance des vecteurs du paludisme aux pyréthrinoïdes sur l’efficacité des moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action au Bénin: une approche multidisciplinaire ; b) L’efficacité et l’innocuité de l’arteméther-lumefantrine pour le traitement du paludisme à Plasmodium falciparum non compliqué sur les sites de Zinvié (Atlantique), Kouandé (Atacora) et Zakpota (Zou); c) Le diagnostic et le traitement du paludisme à base communautaire pendant la grossesse pour l’amélioration de la santé maternelle et infantile (COSMIC) dont les résultats ont été validés à Cotonou les 27 et 28 mars 2017.

Enfin, en procédant à l’ouverture officielle des travaux, le Ministre de la Santé a insisté sur l’importance du Paludisme et des MTN à travers leurs conséquences sur la santé et le système de santé. Dr Alassane SEIDOU a indiqué que «  le paludisme est une maladie complexe et mortelle qui menace quelques 3,3 milliards de personnes dans 109 pays et territoires dans le monde.

En 2015, entre 350 et 500 millions de cas de paludisme et au minimum, un million de décès ont été recensés à travers le monde, essentiellement, chez des enfants africains». Au Bénin, l’Annuaire statistique national révèle qu’en 2015, le paludisme représentait environ 44,5% des affections courantes rencontrées  et la première raison d’hospitalisation dans les structures sanitaires.

Dr Alassane SEIDOU a souligné la concomitance existant entre le paludisme et de  nombreuses MTN en Afrique en général et au Bénin en particulier.

Il s’agit de : l’Ulcère de Buruli, de la leishmaniose, de la filariose lymphatique, des géohelminthiases, etc. Aujourd’hui, grâce aux progrès de la Sciences et des Techniques, a expliqué le Ministre de la Santé, « ces maladies peuvent être évitées, diagnostiquées et traitées à l’aide d’une combinaison d’outils ».

Il a exhorté les chercheurs et les scientifiques à redoubler d’efforts dans leurs travaux pour faire les découvertes nécessaires en vue d’éviter aux populations, les trop grandes souffrances auxquelles elles sont soumises du fait notamment, du Paludisme et des MTN. La cérémonie d’ouverture officielle des travaux a été ponctuée d’une animation musicale faite par l’artiste « Sessimè », l’Ambassadrice des Maladies Tropicales Négligées, nominée en 2013.

Source : http://www.afro.who.int/news/renforcer-la-prise-en-charge-du-paludisme-et-des-maladies-tropicales-negligees-par-la

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…