Partager ce Post

À la Une / BuzzInterview

Révision du Code électoral/ Donklam Abalo : « Talon veut empêcher la compétition »

Donklam Abalo
Diplomate de formation, sorti de la prestigieuse Ecole Nationale d’Administration, Donklam Abalo est le porte-parole de l’Usl (Union sociale libérale), un parti d’opposition au président Patrice Talon. Dans cet entretien, l’ancien journaliste et précédemment directeur d’une station de radio opine sur le débat autour de la révision annoncée du code électoral béninois.
BuzzdeCotonou : Qu’en est-il du débat sur la révision du code électoral qui agite l’opinion où, l’opposition, semble-t-il, s’inquiète pour quelques « non-dits » contenus dans l’ avant-projet de proposition de loi portant code électoral en République du Bénin?
Donklam Abalo : Je vous dis d’emblée que non seulement l’opposition s’inquiète mais  elle appelle également les Béninois à la vigilance et à l’indignation. C’est ce qui explique que lors d’une récente sortie médiatique, la Coalition pour la défense de la démocratie, un regroupement des forces de l’opposition, a placé précisément ce point relatif à une révision annoncée du Code électoral en bonne position dans sa déclaration de presse. A la vérité pour nous, cette précipitation à réviser le code électoral, alors même que celui actuellement en vigueur n’a été éprouvé que pour les législatives, les communales  et la présidentielle dernières, cache forcément des intentions pas très saines. Rappelez-vous qu’en son temps, le Président de la République avait prévenu que pour avoir un second mandat, les résultats ne suffisent pas. Pour cela tous les moyens sont bons pour empêcher la compétition. D’ailleurs nous observons depuis quelques mois la volonté manifeste du Président de la République à tenir à sa merci les grands électeurs, les députés, les maires, les opérateurs économiques, et j’en passe. Pour nous, l’esprit est totalement clair, et il n’y a point de doute.
Qu’est-ce qui vous permet de faire une telle affirmation ?
Tenez ! Quand vous lisez certains articles de cet avant-projet de proposition de loi portant code électoral en République du Bénin, vous percevez aisément l’esprit malsain d’écarter des adversaires, parfois ciblés, des prochaines joutes électorales. Vous trouverez par exemple des dispositions qui parlent de résidence ininterrompue, de condamnation à des peines avec sursis, bien que ceci ne soit pas nouveau il demeure cependant préoccupant dans un contexte de ruse et de rage, ou encore de quitus fiscal. Or vous n’êtes pas sans savoir que certains adversaires politiques du pouvoir en place ont été contraints, pour divers motifs, de quitter le territoire national pour des raisons de sécurité. D’autres font l’objet de pressions judiciaires ou fiscales. Toute cette furie répond à notre entendement à un plan bien mûri pour empêcher des compatriotes de participer aux élections. C’est pourquoi l’opposition avec l’Union sociale libérale (Usl) décide d’en appeler à l’indignation et à la résistance du peuple béninois. Au regard des velléités dictatoriales du pouvoir, il y a lieu d’opposer une vigilance accrue.
Est-ce à dire que dans les rangs de votre parti des personnes pourraient être écartées des prochaines élections notamment législatives s’il advenait que le nouveau code électoral ait été voté ?
Je tiens à préciser que ce débat n’est pas seulement  celui de l’Usl. C’est le débat de toute l’opposition sinon de tous les Béninois épris de paix et de justice. La défense des acquis et des principes démocratiques dans un Etat de droit comme celui du Bénin est une affaire de tous. Ayons surtout à l’esprit que cela n’arrive pas qu’aux autres. Ce qui pourrait concerner d’autres membres de l’opposition concerne également l’Usl. C’est une action solidaire qu’il faut pour que notre pays puisse être sauvé de l’impasse qui pointe à l’horizon, parce qu’il s’agit d’abord de l’intérêt général des Béninoises et des Béninois. Quant à votre question de savoir si certains de nos militants pourraient être concernés, les tenants du pouvoir sont mieux indiqués pour vous répondre. Ce sont eux qui stigmatisent tous ceux qui ne parlent pas le même langage qu’eux. C’est le pouvoir qui veut empêcher la compétition. La preuve, il n’existe à l’heure actuelle aucune explication convaincante des initiateurs de cette révision du code électoral pour justifier l’urgence et la nécessité à voter un nouveau texte déjà controversé.
Le vote de ce nouveau code électoral dépend essentiellement des parlementaires dont la majorité se réclament du camp présidentiel. A votre avis quelles sont les chances de la minorité parlementaire d’obtenir le rejet du texte querellé?
La quasi-totalité des députés qui soutiennent aujourd’hui l’action gouvernementale sont membres du Bloc de la majorité Parlementaire (Bmp). Mais nous restons convaincus que cette entité est un regroupement de circonstance. Mieux, il y a dans l’avant-projet de proposition de loi des dispositions, et pas des moindres, qui constituent une épée de Damoclès sur la tête de bon nombre d’entre eux. Autant le texte écarte des adversaires politiques ciblés du pouvoir autant il n’arrange pas tous les députés du Bmp.  Si dans un passé récent, les parlementaires béninois ont courageusement rejeté la révision inopportune de la Constitution, on peut toujours compter sur leur patriotisme pour faire échouer à nouveau un texte de loi dont l’objectif réel est d’exclure certains Béninois du jeu politique. Par ailleurs si un pareil code électoral avait existé, Patrice Talon exilé hier n’aurait jamais pu être candidat pour être élu Président de la République! Lui-même étant resté trois ans en dehors du Bénin. Il est revenu et il a gagné les élections. Ce sont des faits récents de notre histoire politique qu’il ne faudrait pas occulter. Tout ceci participe évidemment à la consolidation des acquis de la Conférence des forces vives de la nation et d’un Etat de droit.
Donc vous y croyez fermement ?
 Pour la paix et la stabilité de notre pays et même le respect des échéances électorales, nous pensons que ce nouveau code électoral qu’on tente de nous imposer doit être purement et simplement rangé aux placards. Si la modification du code électoral concernait quelques articles d’ordre opérationnel, on comprendrait. Mais nous constatons qu’on veut nous conduire vers une modification de fond en comble ! C’est la réécriture du code électoral qui cache la volonté de contrôler tous les leviers du pouvoir tout en mettant hors circuit toutes les voix dissonantes. Or l’option du code électoral avait été faite justement pour éviter le vote répétitif d’une loi électorale à chaque scrutin. Face à de telles déviances du pouvoir, nous ne pouvons garder le silence. Notre devoir est d’agir maintenant pour barrer la voie à un pouvoir aux relents dictatoriaux.
En clair, il est dans l’intérêt supérieur de la nation d’aller aux prochaines élections avec l’actuel code électoral en vigueur. Et ceci, le Président Patrice Talon devrait le comprendre et faire retirer en toute élégance ce texte cousu de nombreuses dispositions totalement liberticides.
Qu’attendez-vous du séminaire parlementaire prévu jeudi prochain pour débattre du sujet afin de permettre à la classe politique de trouver un consensus?
Nous sommes habitués à ce genre de séminaires qui ne donnent rien. Je pense que les organisateurs veulent juste légitimer leur forfaiture en donnant l’impression d’avoir consulté la classe politique sur ce sujet d’importance. Quelle est la valeur juridique d’un tel séminaire. ?  À qui s’impose t-il?  Quelles garanties avons-nous que les conclusions de ce conclave seront prises en compte dans la mouture finale de la loi?  Quand on a vu comment on s’est éloigné des recommandations de la commission qui a travaillé sur la réforme constitutionnelle, on ne peut qu’avoir des appréhensions. Je persiste et je signe : il n’y a aucune urgence à réécrire le code électoral à quelques mois des élections.  Il vaut mieux concentrer les énergies sur la liste électorale et la gestion du contentieux électoral. A mon humble avis, ce travail à faire est plus important que tout le reste.

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…