Partager ce Post

Société & Santé

Suppression de la gratuité des inscriptions à l’UAC : les associations estudiantines promettent une riposte “à la hauteur de la provocation”

Suppression de la gratuité des inscriptions à l’UAC : les associations estudiantines promettent une riposte “à la hauteur de la provocation”

Suite à l’annonce de la suppression de la gratuité de l’enseignement supérieur dans les universités publiques du Bénin annoncé par Marie-Odile Attanasso, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ce lundi 02 octobre 2017, à la faveur de la rentrée solennelle de l’Uac, les associations estudiantine (Fédération Nationale Des Etudiants Du Bénin(Fneb), Union Nationale Des Etudiants Du Bénin(Uneb) Union Nationale Des Scolaires Et Etudiants Du Bénin(Unseb)) sont montées au créneau pour donner de la voix. C’est à à travers une déclaration signée par les présidents des trois institutions syndicales des universités du Bénin.

« Un cadeau (selon leur dire) empoisonné qui à peine déballé par Attanasso crée déjà des chuchotements au sein de la couche estudiantine. Mais une chose est sure, cette balle d’essai lancée n’aura même pas la chance de retourner au sol avant d’être dégonflée ».

A en croire la déclaration, ce n’est plus l’affaire des organisations estudiantines. Mais plutôt de tous les étudiants. C’est pourquoi, les organisations estudiantines exhortent chaque étudiant a ne accepter sous aucun vocable des réformes qui touchent à ses acquis.

« Le Gouvernement et son chef viennent de taper dans la fourmilière et ils doivent s’apprêter à faire face à la furie des fourmis. C’est pour faire avaler ces sales couleuvres à la communauté universitaire que malgré la décision de la Cour Constitutionnelle, le régime en place refuse toujours de reconnaître la légitimité des organisations estudiantines. De peur qu’elles obstruent le chemin à ses décisions scélérates et antisociales » fustigent les organisations étudiantes.

Pour l’heure, les organisations estudiantines appellent à la mobilisation de tous les Etudiants des Universités publiques du Benin, en les exhortant à se tenir prêt pour une riposte a « la hauteur de cette provocation ».
Aussi, les associations estudiantines (Fédération Nationale Des Etudiants Du Bénin(Fneb), Union Nationale Des Etudiants Du Bénin(Uneb) Union Nationale Des Scolaires Et Etudiants Du Bénin(Unseb))  appellent au soutien de tout le peuple béninois.

Voici l’intégralité de leur déclaration cosignée

FEDERATION NATIONALE DES ETUDIANTS DU BENIN(FNEB)
UNION NATIONALE DES ETUDIANTS DU BENIN(UNEB)
UNION NATIONALE DES SCOLAIRES ET ETUDIANTS DU BENIN(UNSEB)A PROPOS DE LA SUPPRESSION DE LA MESURE PORTANT GRATUITE DES INSCRIPTIONS DANS LES UNIVERSITES NATIONALES DU BENIN(Patrice TALON et ATANASSO viennent de remuer un essaim d’abeilles,ils se feront piquer a coup sur)Les inscriptions dans les universités publiques du Bénin ne seront plus gratuites. Du moins c’est l’essentiel qu’il convient de retenir du message véhiculé par Marie-Odile Atanasso, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ce lundi 02 octobre, lors de la rentrée solennelle de l’Uac.

Désormais les inscriptions dans une université publique béninoise passent à 25.000Fcfa, 50.000Fcfa et 75.000 Fcfa respectivement pour le premier cycle, le deuxième cycle et le troisième cycle.

Un cadeau (selon leur dire) empoisonné qui à peine déballé par Attanasso crée déjà des chuchotements au sein de la couche estudiantine. 
Mais une chose est sure, cette balle d’essai lancée n’aura même pas la chance de retourner au sol avant d’être dégonflée.

Car cette fois –ci, ce n’est plus l’affaire des organisations estudiantines. Mais plutôt de tous les étudiants. Chaque étudiant pris individuellement est concerné et n’accepterait sous aucun vocable de reforme soit-elle qu’on touche à ses acquis.

En moins de 2ans qu’est ce qui a changé dans l’enseignement supérieur pour que l’on puisse quitter de façon spectaculaire la gratuité de l’inscription pour ces montants exagérés ?

Ce sont les mêmes cours des années 90 qu’on continue de photocopier pour les étudiants. Ce sont les mêmes amphis A1000, B1000 dans lesquels on continue d’entasser 5.000 voir 8.000 étudiants pour les cours. Alors qu’est ce que le Gouvernement de la Rupture a déjà fait d’extraordinaire dans les universités pour reclamer une somme aussi colossale comme frais d’inscription?

Le Gournement et son chef viennent de taper dans la fourmilière et ils doivent s’apprêter à faire face à la furie des fourmis.
C’est pour faire avaler ces sales couleuvres à la communauté universitaire que malgré la décision de la Cour Constitutionnelle, le régime en place refuse toujours de reconnaitre la légitimité des organisations estudiantines. De peur qu’elles obstruent le chemin à ses décisions scelerates et antisociales.

Un régime qui est supérieur à la Constitution de toute la République, il faut être à l’ère de la Rupture pour le constater.
Nous appelons donc a la mobilisation de tous les Etudiants des Universites publiques du Benin,a se mobiliser et se tenir pret pour une risposte a la hauteur de cette provocation.
Aussi voudrions nous en appeler au soutien de tout le peuple beninois.

A bas l’obstruction a l’acces au savoir
Vive le mouvement etudiant
Vive la lutte

Ont signe:

Alimi GOUNOU President FNEB
Alain NOUHO President UNEB
Olympass Rodolpho DAH-KINDJI President UNSEB

 

Source :https://beninwebtv.com/2017/10/suppression-de-la-gratuite-des-inscriptions-a-luac-les-associations-estudiantines-promettent-une-riposte-a-la-hauteur-de-la-provocation/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…