Partager ce Post

Politique

Trois mois de retard dans la mise en place du Cos-Lepi

Trois mois de retard dans la mise en place du Cos-Lepi

Prévue pour être mise en place au plus tard le 30 juin, la nouvelle équipe du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi) se fait toujours attendre. Or, conformément à la loi portant code électoral en République Bénin, le COS-LEPI, un organe national chargé de conduire l’opération d’actualisation de la Lépi sur l’ensemble du territoire national devrait fonctionner du 1er juillet au 31 janvier. C’est dire que ses membres doivent être connus au plus tard le 30 juin. Mais force est de constater qu’à la date du 27 septembre, le nouveau Cos-Lépi devant procéder à l’actualisation du fichier électoral national pour le compte de l’année 2017 n’est pas encore en place. Et pour cause, l’Assemblée Nationale n’a pas encore désigné ses 9 membres comme l’exigent les textes. La plénière devant être consacrée à cette tâche ainsi que la désignation des 231 membres des Commissions Communales d’Actualisation (Cca) n’est pas encore convoquée ; encore moins l’adoption de la clé de répartition que la Commission des lois devrait proposer. Pour certains observateurs, ce retard d’environ trois mois peut s’expliquer par « l’instabilité observée au niveau de la configuration politique des groupes parlementaires » ; l’univers politique béninois ayant enregistré quelques modifications du fait de l’élection d’un nouveau président de la République en mars 2016. Mais à y voir de près, les choses semblent stables depuis l’échec de la recevabilité du projet de révision de la constitution en avril 2017. Quelques semaines avant la fin de la première session ordinaire de l’année, les groupes parlementaires ont été reconstitués et l’opinion publique sait qu’il y a désormais au palais des gouverneurs le bloc de la majorité et le camp des opposants. Plus rien ne devrait alors empêcher la désignation des membres du Cos-Lepi si tant est que les députés en ont la bonne volonté. Face à cet état de chose certains spécialistes pensent que le gouvernement n’est pas épargné car il peut mettre la pression sur l’assemblée nationale, étant donné qu’il s’agit du respect d’une disposition légale. L’article 220 du code électoral stipule : « Le Conseil d’orientation et de supervision est composé de onze (11) membres désignés comme suit : cinq (05) députés par la majorité parlementaire ; quatre (04) députés par l’opposition parlementaire ; du directeur général de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique ; du directeur du service national en charge de l’état civil. Les députés sont désignés chaque année pendant la période de mise à jour à savoir du 1er juillet au 31 janvier. En tout état de cause, aucun député ne peut siéger plus de deux (02) fois dans le Conseil d’orientation et de supervision au cours d’une même législature ». Gouvernement et députés sont donc interpellés.

Source :https://www.benintimes.info/politique/trois-mois-de-retard-dans-la-mise-en-place-du-cos-lepi/

Partager ce Post

1 commentaire

  1. [url=http://20mg-levitraforsale.com/]20mg-levitraforsale.com.ankor[/url] usbuy-ventolin.com.ankor http://generic-levitracheapest-price.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…