Partager ce Post

Politique / Société & Santé

Université d’abomey calavi : élections rectorales 2017

Université d’abomey calavi : élections rectorales 2017

Dans le cadre de l’élection du recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, le Professeur Mahouton Norbert HOUNKONNOU, candidat au poste de recteur et tête d’affiche de la liste « EXCELLENCE » a accordé une interview à la communauté virtuelle.

J’y étais pour vous !  Par Comlan Hugues Sossoukpè

C.H.S : Cher Professeur, vous êtes candidat au poste de recteur de l’UAC : qui est Norbert HOUNKONNOU ?

Professeur HOUNKONNOU : Je suis Mahouton Norbert HOUNKONNOU , Professeur titulaire des sciences fondamentales. Je suis membre du Conseil Scientifique du Centre International de Mathématiques Pure et Appliquées (CIMPA). Je préside actuellement l’Académie nationale des sciences, arts et lettres du Bénin (ANSALB). Je suis également depuis 2001 Président, Titulaire de la Chaire Internationale en Physique Mathématique et Applications (CIPMA-Chaire UNESCO), un centre membre du réseau des centres d’Excellence de l’UNESCO, qui mène des activités académiques et scientifiques d’envergure internationale pour le développement de la Physique Mathématique sur le continent Africain, à travers des programmes de formations doctorales multi-universitaires, et des conférences et écoles internationales sur les problèmes contemporains en physique mathématiques, impliquant d’éminents enseignants-chercheurs du monde scientifiques. Par ailleurs, j’interviens comme Professeur invité dans diverses institutions universitaires africaines, asiatiques, européennes et nord américaines. Je suis également membre de plusieurs académies des sciences et sociétés savantes dont l’Académie Africaine des Sciences (AAS), l’Académie Mondiale des Sciences (TWAS), l’Association Internationale de Physique Mathématique, et la société Américaine de Mathématiques.

C.H.S : Vous êtes candidat sur la liste « Excellence », pouvez-vous présenter cette liste à la communauté virtuelle ?

Professeur HOUNKONNOU : La composition de notre équipe se compose comme suit : Sur cette liste « Excellence », au poste de Recteur, il y a moi-même, Professeur Mahouton Norbert HOUNKONNOU. Au poste de 1er Vice-recteur Chargé des Affaires Académiques, nous avons Jean-Marie FALOLA. Il est Professeur Titulaire des Universités du CAMES en Biomécanique. Il est actuellement Vice-recteur chargé des Etudes de la Scolarité, de l’Informatique et de l’Orientation Professionnelle de l’Université de Porto-Novo. Au poste de 2ème Vice-recteur Chargé de la Recherche Universitaire, nous avons Abou-Bakari IMOROU. Il est Maître de Conférences en Socio anthropologie. Il est enseignant chercheur à la FASHS. Au poste de 3ème Vice-recteur Chargée de la Coopération Interuniversitaire, des Partenariats et de l’Insertion professionnelle, nous avons Madame Judith B. M. GLIDJA. Elle est Maître de Conférence Agrégée des Universités du CAMES en science de gestion. Madame GLIDJA est actuellement Directrice de la Haute Ecole Régionale de Commerce International de l’UAC (HERCI). Voilà notre liste EXCELLENCE, telle qu’elle se compose.

C.H.S : Qu’est-ce-qui vous a motivé à être candidat au poste de Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi ?

Professeur HOUNKONNOU : Créée en 1970 à partir de la scission de l’Institut d’Enseignement Supérieur du Bénin (IESB) qui avait compétence sur le Bénin et le Togo, l’Université du Dahomey est devenue l’Université Nationale du Bénin, puis l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) à la suite de la création de l’Université de Parakou. Depuis 48 ans donc, notre institution universitaire a connu une trajectoire socio-historique marquée par de nombreuses péripéties. Jusqu’a ce jour, elle éprouve d’énormes difficultés à s’inscrire dans le concert des universités contemporaines. Les principaux acteurs qui animent sa vie quotidienne sont constamment dans une dynamique qui alterne espoirs et déception, troubles quasi constants et relative précarité des conditions de travail de la majorité des acteurs. L’Université d’Abomey-Calavi aurait aussi un impressionnant chapelet d’inadéquations, notamment entre les effectifs (des différentes catégories d’acteurs) et les ressources matérielles disponibles, entre les effectifs des étudiants et les capacités d’encadrement, entre les compétences qui en sortent et les besoins réels du marché du travail. Les incohérences concernant également l’opacité dans la gestion des ressources, la faiblesse des opportunités qui peuvent permettre aux enseignants de participer à une animation scientifique de qualité et la gouvernance universitaire basée sur la séquestration des opportunités des ressources. Aussi, sommes-nous dans une situation de crise des valeurs qui gouvernent les relations entre les différentes entités et de crise de confiance entre les différents acteurs. En effet, les entités n’ont pas toujours à temps la rétrocession des ressources qui leur reviennent de droit, et les différents acteurs (enseignants, étudiants et personnels administratifs) sont soumis à une inflation de texte peu connus et de décisions sans concertations préalables. Il convient également de souligner la non-application de certains textes fondamentaux comme le décret instituant un Conseil d’Administration.

C.H.S : est-ce un diagnostic ou un réquisitoire ?

Professeur HOUNKONNOU : Il s’agit d’un diagnostic sans complaisance de la situation. J’ajouterai que cette situation est en grande partie liée à l’absence totale de contre-pouvoir et donc une gestion sans reddition effective de comptes.

C.H.S : Que proposez-vous ?

Professeur HOUNKONNOU : C’est notamment pour infléchir ce mode de gestion des intérêts collectifs qui, jusqu’ici n’a fait que desservir les intérêts de notre université, et instaurer une gouvernance participative, transparente et plus responsable, qui redonne un visage moderne et plus crédible à l’institution, que l’équipe que nous formons a forgé sa vision. Nous allons faire de l’UAC un pôle d’excellence, fournisseur de ressources humaines de qualité et de résultats de recherches adaptées aux besoins de développement. Notre mission est d’allumer la flamme d’espoir qui ne s’éteigne point.

C.H.S : Professeur, nous sommes à la fin de notre interview, quel est votre mot de fin.

Professeur HOUNKONNOU : Chers collègues enseignants, chers amis grands électeurs du personnel administratif, technique et du service, chers étudiants, gagnons ensembles les présentes élections pour cogérer et pour co-construire une université moderne.

C. H. S: Merci Professeur.

Source :https://web.facebook.com/comlanhugues.shgjossoupke/posts/1474667682611636

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…