C’était mal juger les incroyables facultés mentales et physiques du milieu de terrain. Présenté en grande pompe en août dernier devant 4 000 personnes, Cazorla savourait son retour à la maison. Mais le principal protagoniste savait alors qu’il devait gagner un ultime combat pour achever de convaincre les plus circonspects : rejouer en Liga et retrouver son lustre d’antan. Quelques mois après son retour en Espagne, l’international espagnol a déjà réalisé une première prouesse : dissiper les doutes sur sa capacité à revenir au premier plan.

Cazorla met l’Espagne à ses pieds

Depuis son arrivée à Villarreal, le natif de Lugo de Llanera a déjà disputé 14 matchs en Liga dont dix comme titulaire. Et sa quatorzième apparition sur les pelouses ibériques fut ponctuée d’un doublé retentissant face au Real Madrid (2-2) jeudi soir. Sa frappe enroulée à la quatrième minute rappelle à s’y méprendre celle d’un certain Thierry Henry. Son second but de la tête, permet aux siens d’arracher le nul dans le money-time et provoque l’explosion de joie de la Ceramica.

Si les hommes de Luis Garcia Plaza occupent une préoccupante dix-septième place au classement, ces derniers peuvent remercier leur héros du soir. Rentré au bercail pour grappiller du temps de jeu, Cazorla rend bien plus que des services à Villarreal. L’ancien gunner n’avait plus marqué en Liga depuis avril 2012 c’était avec Malaga face à Osasuna. Son entraîneur lui a adressé un concert de louanges bien mérité à l’issue de la rencontre. « Santi est un joueur qui est l’exemple même de ce que représente ce club. Pour nous c’est très important, » confiait ainsi Garcia. Santi Cazorla peut déjà se targuer d’avoir levé les doutes à son sujet. Et cette victoire n’a pas de prix…