Partager ce Post

À la Une

Vœux du nouvel an: Eric Houndété globalement satisfait du travail abattu sous Houngbédji

Vœux du nouvel an: Eric Houndété globalement satisfait du travail abattu sous Houngbédji

Les députés de la septième législature ont consacré à la tradition en formulant ce mardi 8 janvier 2019, leurs vœux au président de l’Assemblée Nationale, Me Adrien Houngbédji. C’était cet après-midi au palais des gouverneurs à Porto Novo.

Le premier vice-président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Eric Houndété  au nom de tous ses collègues de la septième législature ont sacrifié à la tradition des vœux de nouvel an ce mardi 8 janvier 2019 au palais des gouverneurs à Porto-Novo. Cette cérémonie qui est la dernière pour le compte de cette législature a été une occasion pour les parlementaires de faire le bilan domaine par domaine  de leurs travaux.

Évoquant le volume de la moisson en terme de nombre de textes adoptés par cette législature, Eric Houndété, note avec satisfaction que plusieurs de ces lois sont d’importance capitale sur les plans sociopolitiques et économiques.  A l’en croire, le bilan de la législature finissante est globalement satisfaisante à part la fausse note observée par la deuxième personnalité de l’Assemblée nationale dans le domaine du contrôle de l’action gouvernementale. En effet, comme les années antérieures, l’honorable Eric Houndété a déploré le statu quo dans ce domaine qui permet véritablement au parlement de mériter son attribut d’institution de contre-pouvoir.

Le premier vice-de l’assemblée nationale a fait savoir qu’au total, 179 questions de toutes catégories confondues ont été adressées au gouvernement mais seulement 53 d’entre elles ont été examinées sur les quatre ans de législature. Lire ci-dessous l’intégralité du message lu par le premier-vice président Eric Houndété.

Vœux du parlement à Me Adrien Houngbédji:

Lundi 07 janvier 2019 à Porto-Novo

Excellence Monsieur le président,
Sous votre conduite bienveillante, la septième législature de l’Assemblée Nationale vient de franchir le cap de l’année 2018 et nous sommes tombés tous ensemble je l’espère en bonne santé en 2019.

Mesdames et Messieurs les membres de la Conférence des Présidents,
Chers Collègues,
Il est de tradition, à l’occasion de la nouvelle année que chacune de nos institutions se livre à un exercice particulier, celui de jeter un regard sur les évènements ayant marqué de façon significative l’année écoulée.
L’insigne honneur m’est donc revenu, en ma qualité de Premier Vice-Président de faire le bilan des grandes actions réalisées par l’Assemblée Nationale pendant ces douze derniers mois. Je suis donc heureux de m’adresser à vous, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, au nom de l’ensemble de mes collègues, à la présente cérémonie d’échange de vœux de l’an 2019. Cette présentation de vœux est la dernière pour le compte de la septième législature. Ce sera aussi l’occasion pour moi de revenir sur le travail que la Représentation nationale a abattu pendant les quatre dernières années.

Mesdames et Messieurs,
Chers collègues,
A l’instar des années précédentes, l’année 2018 a été globalement marquée par un fonctionnement régulier de notre institution parlementaire.
Dès l’entame de cette législature, nous nous sommes engagés à relever certains défis majeurs dont entre autres :
– améliorer l’image de notre parlement, redorer ses blasons et en faire une institution respectée et admirée ;
– améliorer le fonctionnement du parlement et ses rapports avec les autres institutions de l’Etat en vue de renforcer les bases de la démocratie béninoise et de ce fait favoriser la synergie des initiatives et des décisions ;
– accomplir correctement et efficacement notre mission constitutionnelle afin de promouvoir la justice et l’égalité ;
– mettre en œuvre les systèmes de communication appropriés qui permettent de mieux faire connaître les lois votées et d’assurer une meilleure visibilité;
– accélérer le processus d’étude et d’adoption des textes législatifs à caractère hautement social et qui préoccupent particulièrement les Béninoises et les Béninois.

Excellence Monsieur le Président,
Chers collègues,
Avant d’aller plus loin, il me plaît d’insister sur les actions que nous avons engagées ensemble dans le cadre de l’exercice de nos fonctions tant dans les domaines législatifs et de contrôle de l’action gouvernementale que dans ceux de la diplomatie parlementaire et de la gestion interne de notre commune maison.

1- Sur le plan de la fonction législative
Au cours de la septième législature, plusieurs lois d’importance à caractères socio politique et économique ont été votées.
Au total, cent quarante et un (141) textes de lois votés sont à mettre à notre actif, des lois dont la plupart touchent les secteurs essentiels de la vie de notre nation ou permettent au gouvernement de disposer de ressources nécessaires à la promotion et à la relance de l’économie nationale.
On peut donc dénombrer 22 lois votées en 2015 ; 36 en 2016 ; 44 en 2017 et 39 lois votées pour le compte de l’année 2018.
A ces lois s’ajoutent d’importantes autres relatives aux lois de finances et aux autorisations de ratification de plusieurs accords de crédits, de conventions et autres protocoles signés entre l’Etat béninois et ses partenaires internationaux.
Il convient de signaler également la mise en conformité avec la Constitution de certaines lois.

Excellence Monsieur le Président,
Chers collègues,
Nous avons une ambition certaine, celle de construire un véritable Etat de droit et de contribuer au bien-être de nos populations. Et cette ambition se concrétise de plus en plus chaque jour à travers nos actions ici à l’Assemblée Nationale.

2- Sur le plan du contrôle de l’action gouvernementale
Le contrôle de l’action gouvernementale constitue l’autre volet de notre mission constitutionnelle, 105 questions orales avec débat ont été formulées à l’endroit du gouvernement dont seulement 26 ont été examinées ; sur les 05 questions orales sans débat, une seule a été examinée.
S’agissant des questions écrites, Monsieur le Président, nous en avons déposées 27 mais seulement 06 ont reçu une réponse et 21 réponses sont encore attendues de la part du Gouvernement.
Enfin, 20 questions d’actualité ont été examinées sur les 42 formulées par les Honorables Députés.
Au total, 179 questions ont été adressées au gouvernement, mais malheureusement seules 53 ont obtenu une suite favorable. Il est donc aisé de constater que le contrôle de l’action gouvernementale reste le maillon faible de notre législature. Cela enfreint à l’une des missions fondamentales de notre institution parlementaire.

Mesdames et Messieurs,
Le contrôle de l’action du gouvernement par le Parlement est l’un des outils essentiels, pierre angulaire de la démocratie. Il permet de rendre l’exécutif redevable de ses actions et d’assurer l’application efficace des politiques publiques autant qu’il est un indicateur de la bonne gouvernance. C’est à travers son exercice que le Parlement garantit l’équilibre des pouvoirs et affirme son rôle de défenseur des intérêts du peuple. Sur ce chapitre, je note que votre volonté plusieurs fois rappelée, les alertes données dans mon discours de vœux de 2017 et 2018 à cette même tribune n’ont pas permis d’inverser la tendance. En effet, sur dix-sept (17) questions d’actualité enregistrées en 2018, quatre (4) seulement ont été examinées. Aucune question orale avec débat n’a été examinée sur dix-neuf (19) enregistrées. Et plus grave, de novembre 2016 à ce jour, aucune question écrite n’a reçu de réponses de la part du Gouvernement. Beaucoup d’efforts restent donc à faire.

Et comme vous aimez à nous le répéter, Monsieur le Président, l’objectif majeur de la septième législature est de redorer l’image de l’Assemblée Nationale en faisant en sorte que, par la qualité et le sérieux de notre travail, nous puissions efficacement accompagner les efforts chaque jour renouvelés de notre peuple pour son développement, économique et social.

Monsieur le Président, au regard du calendrier électoral, le calendrier de renouvellement de l’Assemblée Nationale, je note avec tristesse qu’il ne sera peut-être pas possible d’espérer que nous pourrons mettre à profit le peu de temps qu’il nous reste, pour corriger un tant soit peu cet état de chose.

3- Sur le plan de la diplomatie parlementaire
Nous avons noté avec satisfaction que dans un contexte de mondialisation des expériences démocratiques et de multiplication des échanges, l’Assemblée Nationale parvient, sous votre égide, à faire entendre davantage sa voix et à participer pleinement aux grands débats, échéances et enjeux internationaux.

Excellence Monsieur le Président,
Chers Collègues,
L’Assemblée Nationale a accueilli également des visiteurs de marques grâce à votre dynamisme et à votre volonté politique d’œuvrer à l’intégration sous régionale et internationales.
A titre illustratif, nous pouvons citer avec fierté :
Les visites au Bénin de Monsieur Martin CHUNGON, Secrétaire Général de l’Union Interparlementaire à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’Assemblée Nationale en 2016, de Mme Michael Jean, Secrétaire Général de l’OIF et de vos homologues président des parlement du Burkina Faso, de la Côte d’ivoire, du Niger, du Togo, du Sénégal…

La septième législature a aussi eu la chance d’organiser de grandes rencontres internationales qui ont permis à d’autres pays de découvrir la richesse culturelle et cultuelle de notre pays.
C’est le cas par exemple en 2018 de :
• L’Organisation au Bénin de la 52ème session de l’Assemblée Parlementaire ACP et de la 36ème session de l’Assemblée Parlementaire Paritaire ACP-UE ;
• la réunion de mise en place du Comité Interparlementaire (CIP) de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad sur la mise œuvre de la Déclaration de Ouagadougou pour le financement adéquat de la santé, le dividende démographique et les politiques de population et développement, ténue à Porto-Novo du 17 au 19 décembre 2018.

S’agissant de la coopération multilatérale, nous pouvons nous réjouir de notre partenariat avec les parlements régionaux et des organisations interparlementaires.
A travers le Programme NORIA, L’Assemblée Parlementaire de la Francophonie a organisé sous la septième législature des séminaires et ateliers à l’intention des Députés et du personnel administratif dont le séminaire de sensibilisation sur la question de la budgétisation sensible au genre , tenu à Cotonou, les 29 et 30 novembre 2017, l’organisation à Cotonou les 27 et 28 novembre 2018 du séminaire atelier sur la Mutualisation des ressources et efficacité du travail parlementaire.

Pour ce qui concerne la coopération technique, la septième législature a bénéficié de l’Appui de l’Institut Néerlandais pour la Démocratie Multipartite (NIMD) dans le domaine de la promotion de la gouvernance participative et des Droits de l’Homme. Cet appui concerne aussi le renforcement des capacités des Députés et du personnel administratif.

5- Sur le plan de la gestion interne
Nous l’avons dit chaque année : vous faites de grands efforts, nous apprécions à sa juste valeur les efforts que vous déployez depuis votre élection pour faire régner la convivialité, la sérénité et la paix au sein du parlement. Aussi, la construction et la mise à disposition des députés d’un bâtiment flambant neuf de type moderne R+2 faisant office de bureaux est une grande contribution à l’amélioration des conditions de travail des députés.

Excellence Monsieur le Président,
L’année 2018 a également connu la poursuite des travaux de relecture de nos textes fondamentaux en vue des réformes institutionnelles et administratives.
C’est aussi le lieu de souligner que sous votre direction, la septième législature rend visible les activités parlementaires à travers le Magazine « Hémicycle », l’extension à d’autres horizons de la radio Hémicycle et l’accès à la connexion internet au sein de tous les services administratifs.

A tout ceci s’ajoutent la disponibilité sur internet de la base de données des lois votées et la réalisation d’un nouveau site web.
Voilà ainsi présentées quelques grandes actions réalisées sous votre direction durant bientôt quatre ans. Toute la Représentation Nationale, par ma voix, vous en sait gré.

Excellence Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,
Chers collègues,
Nous aurons donc bientôt passé quatre (04) années ensemble. Quatre années, c’est long et c’est court à la fois. Dans l’agenda électoral, on appelle cela une législature. Dans nos calendriers personnels, c’est pour nous tous ici, une tranche de vie, un moment de nos existences, un parcours politique, une période au service du peuple béninois.

Une législature, la 7ème, dont nous garderons le souvenir privilégié, des confrontations d’idées dans le cadre du vote des lois, des débats en vue de la révision de notre constitution, de la levée d’immunité de certains de nos collègues Députés, des débats budgétaires et du débat sur le vote du budget de l’Assemblée Nationale exercice 2019, au milieu des chahuts lors de nos débats retransmis en direct sur la radio Hémicycle, nous avons su quelquefois distinguer l’essentiel de l’accessoire.

L’essentiel c’est l’unité nationale, c’est la concorde républicaine lorsque des circonstances exceptionnelles l’exigent.
L’essentiel, c’est ce qui nous relie les uns aux autres, les Députés tant de la minorité que de la majorité.
L’essentiel, comme vous aimez si bien le dire, c’est l’enracinement de la démocratie béninoise.

La démocratie porte en elle la contradiction, la confrontation. Les uns et les autres, nous avons nos parcours, nos idées, nos convictions. Nous les défendons chaque jour et nous continuerons à les défendre. Mais, de grâce, gardons toujours une petite place pour ce qui nous rassemble, pour ce qui nous transcende. Parce que rien n’est plus important que l’intérêt de nos compatriotes, rien n’est plus important que la vigueur de la démocratie, rien n’est plus important que la cohésion nationale.

Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Je sais, et mes collègues en conviennent avec moi, que vous n’avez pas oublié le son tonitruant de notre hymne national entonné ici même dans notre hémicycle la nuit du 19 au 20 mai 2015. Vous n’avez pas non plus oublié les circonstances qui ont entouré l’installation de cette législature, la septième ; la volonté du peuple béninois au changement, l’exhortation populaire, l’invite à la cohésion nationale, la fierté d’une représentation nationale, responsable et digne.

Mais aujourd’hui, 4 ans après, on peut noter que l’Assemblée Nationale a fait beaucoup de choses, mais on note également que de nombreux de nos compatriotes semblent rester sur leur faim.
De l’avis de bon nombre de nos compatriotes, la Septième législature n’a pas été à la hauteur de leurs attentes. Cette perception mitigée de cette législature finissante, n’est pas de nature à renforcer à la confiance des populations en l’institution parlementaire.

Vous connaissant Monsieur le Président, je suis persuadé, que vous saurez mettre, pour le reste du temps de la présente législature, davantage vos qualités de grand homme au service de la Représentation nationale pour que nous puissions relever les défis qui nous attendent. Je suis également persuadé, et mes collègues avec moi, que vous possédez toutes les ressources requises pour y parvenir.

L’enjeu, c’est le renforcement de nos acquis démocratiques.
L’enjeu c’est le Bénin tout court.

Je voudrais, du haut de cette tribune vous assurer de notre disponibilité pour le peu de temps qui nous reste afin d’accomplir avec dignité et responsabilité les missions constitutionnelles qui sont les nôtres en vue de l’enracinement de notre démocratie et du développement de notre chère nation le Bénin. Je voudrais vous assurer de notre soutien dans tous les efforts que vous ferez en ce sens.
Permettez-moi à la faveur de la présente cérémonie d’évoquer la mémoire de nos deux collègues qui ont commencé cette législature avec nous mais qui ont été prématurément arrachés à notre affection.

Je veux nommer les Honorables feus Eric N’DAH et Janvier DONHOUAHOUE.
Eu égard au rôle important joué par chacun d’eux au sein de notre institution, nous aurions souhaité les avoir à nos côtés en ce moment précis de la dernière cérémonie d’échanges de vœux de cette législature. Mais Hélas !!! Le sort en a décidé autrement.

Daigne le seigneur tout puissant et miséricordieux accorder à nos illustres disparus, la paix et le repos éternel dans son royaume céleste. Il en est de même pour les agents du personnel civil et militaire de l’Assemblée Nationale qui nous ont quittés au cours de cette législature.
Je m’en voudrais de clore notre message de vœux à votre endroit sans remercier tous ceux qui nous accompagnent, le personnel administratif, les partenaires au développement de l’Assemblée Nationale, les professionnels de la presse pour leur riche contribution.

Excellence Monsieur le Président,
Chers Collègues,
Mesdames et Messieurs,
C’est le moment pour moi de vous formuler, au seuil de cette nouvelle année 2019, au nom de mes Collègues Députés et en mon nom personnel, nos ardents vœux de bonnes et heureuse année, pour vous-même, pour votre famille, pour vos collaborateurs et pour tous ceux qui vous sont chers.
Bonne et fructueuse année 2019.Que Dieu tout puissant vous couvre en permanence de sa protection et de sa bénédiction. Paix, santé et longévité à vous.

Bonne et fructueuse année 2019

Je vous remercie

 

Source: https://beninwebtv.com/2019/01/voeux-du-nouvel-an-eric-houndete-globalement-satisfait-du-travail-abattu-sous-houngbedji/

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…